Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Connaissance, évaluation et développement durable

Lettre prospective n°20 d’août 2020

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 4 août 2020 (modifié le 9 septembre 2020)

Bonjour,

Vous trouverez ci-après des initiatives de prospective menées en région Pays de la Loire et ailleurs, qui invitent à interroger l’avenir, agir et donner du sens sur le temps long.

Ce numéro aborde notamment :

  • L’électricité en Loire-Atlantique en 2035
  • Imagine La campagne de Loire-Atlantique
  • Ce que le loup nous dit du monde à venir
  • Les scénarios post-covid, proposés par Futuribles
  • Démocra-Si : quelle citoyenneté demain à la hauteur de l’urgence écologique et sociale ?
  • Une pépite pour effectuer aujourd’hui des voyages en 2054
  • L’urbanisme transitoire, une formule pleine d’avenir dans les villes moyennes
  • La planification : idée d’hier ou piste pour demain ?
  • Et ailleurs dans les Caraïbes…
Colibri

Un agenda clôture cette lettre. Il est régulièrement mis à jour pour vous informer des rendez-vous prospectifs à venir.

Bonne lecture.

Le service de la connaissance des territoires et de l’évaluation/Division Observations Études et Statistiques
Nous contacter.

L’électricité en Loire-Atlantique en 2035

Dans le cadre de son partenariat avec l’Auran, RTE (Réseau Transport d’Electricité), opérateur public du transport de l’électricité, a lancé une expérimentation nationale visant à réaliser, pour la première fois à l’échelle d’un département, celui de la Loire-Atlantique, des scénarios projetés d’évolution de la consommation et de la production électrique à l’horizon 2035.

La publication de 12 pages, intitulée L’électricité en Loire-Atlantique en 2035 : Circuit court ou court-circuit, est disponible sur le site de l’agence d’urbanisme.

Pédagogique, elle distingue :

  • les tendances lourdes  :
    • démographiques : + 300 000 nouveaux habitants, par exemple ;
    • techniques : des équipements moins énergivores…
  • des signaux faibles , ces phénomènes récents tout juste perceptibles qui, à terme, pourraient bouleverser l’avenir :
    • la nécessité de se rafraichir, en particulier en ville
    • l’effet rebond comme limité de l’efficacité énergétique (Le paradoxe de
      Jevons, économiste anglais, (1865) énonce ainsi que tout progrès dans l’efficacité énergétique s’accompagne dans les faits d’une hausse des consommations).
Electricité 2035
Electricité 2035
Auran

Par ailleurs, d’autres écrits nous annoncent, sous cinq ans, le premier plasma, issu d’une fusion nucléaire reproduisant ce qui se passe dans le soleil.

Imagine la campagne

Imagine La

Imagine La, le conseil de développement de la Loire-Atlantique, bouclera bientôt ses travaux sur l’avenir de la campagne, conduits durant deux années, lors de sa plénière 2020 (cf.agenda).
La manière de se déplacer à la campagne, ainsi que sa capacité à nourrir les villes figuraient parmi les sujets soulevés lors de la plénière de juin 2019.

Durant le printemps, de nombreux écrits sont revenus sur certaines caractéristiques de la campagne :

  • un lieu moins dense, où télétravailler, où la nourriture était à portée de main et où ne s’étiraient pas de longues files d’attente à l’entrée des magasins ;
  • un lieu de verdure et de fraîcheur dès les premières chaleurs ;
  • mais aussi un lieu où, en période de confinement, les services semblaient moins accessibles encore qu’à l’accoutumée.
We demain

En mai 2020, la revue We demain a ainsi écrit Coronavirus : l’épidémie va-t-elle provoquer un exode des citadins vers la campagne ?
Dans une émission de France-Inter, retrouvez la chronique Installer la ville à la campagne ou la campagne à la ville ?, d’une journaliste de We Demain, Armelle Oger, à propos de l’exode urbain post-confinement.
En juin, cette même revue a publié un article de l’école de design de Nantes, estimant que les mesures de confinement avaient accentué l’inégalité territoriale d’accès aux services.

Auran

40° à l’ombre : faut-il craindre de vivre dans un climat plus chaud ?
Parallèlement, l’Auran, l’agence d’urbanisme de la région nantaise, a mis en avant un autre atout de la campagne face à l’augmentation des vagues de chaleur, en publiant une étude sur les ilots de chaleur urbains, créés par le contraste entre la ville et sa campagne. A l’aide des températures mesurées le 15 juillet 2018, l’agence indique que 14 degrés d’amplitude ont été mesurés dans le département, entre les surfaces les plus chaudes et les plus fraîches.
« Les espaces urbanisés ont en moyenne une température supérieure de 2,5°C par rapport à l’ensemble des surfaces départementales. À l’inverse, les espaces naturels et en eau sont moins sensibles à l’élévation des températures. La forêt du Gâvre, le marais de Brière ou le lac de Grand-Lieu ont des températures inférieures de près de 4,5°C par rapport aux moyennes départementales. »

Les scénarios post-covid de Futuribles


En juin 2020, Futuribles international a publié de très intéressants scénarios post-covid, qui, parce qu’ils sont réalisés à trois échelles différentes (mondiale, européenne et nationale), seront particulièrement utiles pour tenir compte du contexte dans les réflexions de territoires.
A l’échelle nationale, quatre grands scénarios (1. Dislocation, 2. Sur le fil du rasoir, 3. Green New Deal, 4. Grandes Dépressions) reposent sur l’évolution de nombreux paramètres :

  • la dynamique de propagation du virus sur le territoire,
  • la perception et comportements face au risque individuel et collectif,
  • la consommation des ménages,
  • la confiance des individus envers les institutions publiques,
  • l’organisation du travail,
  • les mouvements sociaux…

Futuribles scenarios post-covid (format pdf - 1.2 Mo - 22/07/2020)

Urbanisme transitoire : où en sommes-nous aujourd’hui ?

Il y a bientôt dix ans, l’urbanisme transitoire apparaissait comme un signal faible qui, s’il venait à se généraliser, pourrait bouleverser les pratiques futures. Cet urbanisme est l’art d’investir des friches transitoires, pour répondre à des urgences sociales, envisager de nouveaux modes de vie et expérimenter, dans un esprit de village, de nouveaux modes de faire plus solidaires : laverie associative, réparation d’objets, hébergement d’urgence, coworking, fablab, agriculture urbaine, lieux festifs et culturels…

Affiche du film

En septembre 2018, l’institut d’aménagement et d’urbanisme (IAU) d’Île-de-France avait consacré un numéro de ses carnets pratiques à l’urbanisme transitoire (format pdf - 5.4 Mo - 21/07/2020) .
D’abord expérimenté dans les grandes villes, il a, selon le Cerema, organisateur en 2020 du Forum des solutions, un rôle à jouer dans les villes moyennes.

Après avoir réuni au printemps près de 10 000 spectateurs en salles de cinéma virtuelles, le film Les Grands Voisins, la cité rêvée est arrivé dans les vraies salles de cinéma le 22 Juillet.
Bande-annonce
Dossier de presse Les grands voisins (format pdf - 2.2 Mo - 22/07/2020)

Le blog Demain la ville nous donne également des nouvelles des projets de Yes, we camp, un « acteur influent de l’urbanisme transitoire », déjà souvent cité dans cette lettre.

Dossier : DémocraSi !? ou le chantier des actions citoyennes pour l’avenir

De nombreux regards se croisent pour imaginer de nouvelles formes de démocratie à la hauteur de l’urgence écologique et sociale. La 27ème région nous inspire pour inventer les modes d’action publics de demain. Des coopératives proposent même de former les élu·e·s du futur.

Localement, de nombreuses actions sont inspirantes. Voici quelques liens pour les retrouver :

Le Carrefour des innovations recense collectivement et de manière experte les innovations sociales, les décrit, les localise et facilite les mises en contact.
Carrefour des innovations sociales
Transiscope est un portail qui liste les organisations et initiatives citoyennes existantes. Il visualise sur les territoires les problématiques qui nécessitent le développement d’alternatives concrètes.
Transiscope
En juillet 2020, le conseil de développement de Loire-Atlantique a organisé un webinaire "A la conquête d’un nouveau contrat social".
Disponible en replay, il présente de nombreuses initiatives locales.
Nouveau contrat social
Le jeudi 25 juin, les auditeurs de la session 2020 du collège des transitions sociétales à Nantes ont partagé des pistes pour la démocratie locale.
Retrouvez les expériences à Saillans dans la Drôme, Loos-en-Gohelle dans le Pas-de-Calais, les préconisations de Loïc Blondiaux, politologue et professeur de sciences politiques et les interrogations de Bernard Lemoult, directeur du collège, sur l’articulation entre désobéissance civile et démocratie
Collège TS
Retrouvez ces expériences et d’autres dans DémocraSi !?, l’ ouvrage collectif du Collège des transitions sociétales (format pdf - 584.2 ko - 21/07/2020) , paru en juin 2020, qui présente des expériences « pour une démocratie locale à la hauteur de l’urgence écologique et sociale ».
DémocraSi !?

Le pastoralisme et le loup

Vous aviez peut-être entendu cette information durant le confinement : un loup a été repéré en Normandie dans le pays de Bray (cf. article Ouest-France).

Depuis 2017, la Dreal Auvergne-Rhône-Alpes diffuse, sur son site internet, des expertises collectives sur le devenir de la population de loups en France.
En juin 2020, elle a annoncé une nouvelle étude prospective sur le pastoralisme français, financée par le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation.
Cette étude est intéressante à découvrir en raison de son sujet mais également de la méthode prospective sur laquelle elle repose.
Pour construire trois scénarios, le collectif en place s’est intéressé aux tendances lourdes (le dérèglement climatique ou le Brexit, par exemple), autant qu’aux signaux faibles qui, s’ils venaient à faire masse, influenceraient fortement le monde de demain. Notons en cinq qui peuvent inspirer d’autres travaux :

  1. Un retournement de l’opinion publique contre le loup ?
  2. Un nouveau « Far West » ? Une immigration massive en Europe permettrait à des personnes disposant de peu de ressources et solutions d’emploi, de réinvestir l’agriculture dans des zones très rurales, ou en forte déprise, notamment celles historiquement pastorales.
  3. Le retour à la terre ?
  4. Des éleveurs sans terre ? Quelle gestion des ressources en fourrage ? Parce qu’accéder au foncier pastoral traditionnel est très difficile, de nombreux éleveurs chercheraient de nouvelles solutions pour garantir l’autonomie fourragère de leur troupeau. Les éleveurs « sans-terre », transhumants deviendraient alors nombreux, aidés d’agriculteurs « accueillants ». Petit à petit, des « circuits locaux » s’organiseraient afin d’optimiser l’utilisation des « regains » ou « vaines pâtures » à une échelle territoriale.
  5. une montée des extrémismes « protection de l’environnement vs activités d’élevage » ?
Point méthode
Cette étude a adopté la méthode des scénarios, à partir de formulations d’hypothèses sur des tendances d’évolution mais également des signaux faibles (ou germes de changement).
La méthode des scénarios (cf. fiche publiée par la Dreal) nécessite de rechercher au préalable des variables, c’est-à-dire des éléments qui peuvent (ou pourraient à terme) influencer l’avenir de mon sujet. Concernant la pastoralisme et le loup, 23 variables ont été identifiées. Elles ont fait l’objet de fiches, par ailleurs réutilisables pour d’autres réflexions prospectives selon les sujets : (1) le changement climatique, (2) l’équilibre démographique, (3) l’urbanisation et la rétention foncière, (4) la sensibilité de la société à la condition animale, (5) la pression des autres carnivores (ours, lynx), (6) l’évolution des systèmes techniques de l’élevage pastoral, (7) les politiques des préservation des habitats naturels, etc.
L’influence de ces variables entre elles fait l’objet d’une analyse.
Des tendances sont ensuite construites à partir d’hypothèses sur l’évolution de ces variables.
Scénarios Pastoralisme  en grand format (nouvelle fenêtre)
Scénarios Pastoralisme
Cliquez pour agrandir

Voyages en 2054… : une fiction participative

Enfant, vous avez aimé qu’on vous raconte des histoires ? Alors vous allez adorer cette pépite, une fiction participative en 15 épisodes qui vous emmènera au milieu du siècle.

« Le concept est simple : chaque épisode raconte un voyage dans le temps réalisé par un.e “Imagineur.e” d’aujourd’hui, projeté.e au cœur des années 2050 à travers une faille spatio-temporelle.
A l’occasion de son voyage dans le temps, elle ou il découvre un monde profondément transformé par des modes de vie, des rapports sociaux et des modèles économiques radicalement différents.
 »

Alors écoutez ce qui va arriver à :

  • Charlie, le presque maire de Paris : il est 19h59, Charlie est sur le point d’être élu maire de Paris. C’est alors qu’il bascule en 2054. Sauf qu’en 2054, Paris n’est plus la capitale de France et la fonction de maire n’existe tout simplement plus. Comment va-t-il réagir ?
  • Didier, le sachant exaspérant : Didier en est sûr : il sait mieux que quiconque comment changer le monde pour le rendre meilleur. Mais sa femme le prend au mot, et l’inscrit au Tour de France des Compagnons pour entamer sa transition. Et pour que le dépaysement soit total, il aura lieu en 2054…
  • Zita, la podcasteuse-exploratrice : Zita se trouve propulsée en 2054…dans sa propre rue à Paris ! Avec son micro à la main elle découvre le micro-village qu’est devenu son quartier et ses habitants qui la guident dans le maquis de leurs activités.
  • Sadie, la gamine confinée avec ses parents : Sadie, 10 ans, confinée avec ses parents, s’évade dans un univers mêlant réalité et fiction, et qui va bousculer sa vision de l’apprentissage.
  • Otis, le malchanceux coincé dans l’ascenseur… naufragé de 2020 ! Otis est propulsé en 2054 suite à un problème d’ascenseur. Il découvre alors un monde du travail complètement différent. Malheureusement, il reste bloqué dans l’ascenseur et doit se contenter de ce qu’il entend pour le comprendre.
  • Kiara, l’accro au fromage honteuse : accro au fromage, Kiara arrête d’en consommer du jour au lendemain, tant pour sa santé que l’environnement. En situation de manque, elle est transportée dans un futur qui a évolué dans son sens d’éco-citoyenne mais qui pourtant ne remet pas en cause son plaisir coupable.

La genèse

PUN

Plusieurs créateurs et créatrices ont trouvé que le confinement constituait une sorte de « faille temporelle » où la réalité ordinaire s’était estompée.

Imaginarium et le réseau université de la pluralité leur ont proposé de créer unesérie audio d’anticipation, pour rouvrir les futurs, éviter la sidération de l’effondrement ou la précipitation dans un retour à la normale.

http://imaginarium-s.fr/

La planification, idée d’hier ou piste pour demain ?

Parce que l’idée de planification est revenue dans le débat public à l’occasion de la crise sanitaire, France Stratégie a publié, en juin 2020, un retour historique sur ce que fut le Commissariat général du Plan pour comprendre les ressorts d’une telle aspiration et mesurer l’ampleur des changements qui sont intervenus depuis cette époque.

Le point de vue est disponible sur le site de France Stratégie.

France stratégie

Et ailleurs… dans les Caraïbes

Aujourd’hui, pour la rubrique Et ailleurs ? de cette lettre, nous nous rendons entre océan atlantique et océan pacifique, dans les Caraïbes.

Selon la prospectiviste Fabienne Goux-Baudiment, la prospective y est déterminante dans une région particulièrement concernée par :

  • les effets du dérèglement climatique,
  • la dégradation des biomes océaniques et iliens
  • les limites du développement socio-économique endogène.

Au Costa-Rica, la ville de Curridabat compte, selon Wikipedia, 34 000 habitants. Enfin… d’habitants humains car ils sont en réalité beaucoup plus nombreux depuis quelques mois !

En effet, d’après un article d’avril 2020 découvert dans le journal The Guardian, la municipalité a accordé la nationalité costaricaine aux pollinisateurs, tels que les abeilles, les colibris, les chauves-souris et les papillons, mais également aux arbres et aux plantes indigènes.

Un symbole ? Certainement !
Un signal faible ? Peut-être…

Citoyen d’honneur

Agenda

Avertissement : dans le contexte actuel, plusieurs des rendez-vous annoncés pourraient changer de format, être reportés ou encore annulés. Merci de vous rapprocher des organisateurs.

  • du vendredi 10 juillet au lundi 9 novembre 2020, la Popsu (plateforme d’observation des projets et stratégies urbaines) lance un appel à projets de recherche-action « petites villes et campagnes au cœur d’un nouveau récit territorial ». Appel à projets Popsu (format pdf - 514.2 ko - 22/07/2020)
  • le jeudi 17 septembre, à Nantes et à distance, le Forum des Initi@tives proposera des témoignages et des ateliers pour la construction de territoires numériques solidaires et durables.
  • le 8 octobre, de 15h et à 20h30, rencontre annuelle d’Imagine La, à la Maison du lac de Grand-Lieu (44), "Choix de campagne" : conférence, exposition, projections, podcasts… des formats innovants pour restituer 2 ans de travaux sur le thème « La campagne ».
  • le 17 novembre 2020, à Paris, Technicités et les Acteurs de la vie scolaire organisent une journée d’étude Bâti scolaire, Neuf ou réhabilitation, concevez l’école de demain. Le programme est en ligne sur le site de la Gazette des communes.
  • les 25 et 26 novembre 2020, à Nantes, le Forum RH (by CCO) s’associe à la Cantine pour proposer des rencontres et des webinaires sur le travail post Covid. « L’époque où l’on travaillait à des horaires homogènes, au sein d’un collectif de travail unique, sur un site de travail bien identifié est-elle révolue ? Qu’est-ce que cela signifie pour le marché de l’emploi ? Le télétravail va-t-il entraîner une concurrence mondiale basée sur les compétences et non sur les zones géographiques ? etc. »

S’abonner à la lettre

Pour recevoir les prochains numéros de cette lettre, inscrivez-vous ici !
Le prochain numéro paraîtra durant l’hiver 2020/21 et s’intéressera à la collapsologie.

Pour consulter les numéros précédents de la lettre d’actualité : archives de la lettre.