Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Infrastructures de transport et aménagement

Des propositions concrètes sur le contenu de l’observatoire de la LGV Bretagne - Pays de la loire

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 12 août 2015 (modifié le 4 juillet 2016)

Tout grand projet d’infrastructure doit faire l’objet, selon la loi d’orientation des transports intérieurs , d’un bilan dit LOTI dans les 5 ans suivant sa mise en service. Ce bilan a pour objet de rendre compte des apports ou des effets négatifs de l’infrastructure, dans un but d’information des élus, habitants, acteurs économiques et associations des territoires impactés. Il servira aussi de retour d’expérience pour améliorer les projets à venir, ici ou ailleurs. Dans le contrat de partenariat que SNCF Réseau a passé avec Eiffage Rail Express (ERE), les obligations d’ERE ont été réévaluées, notamment pour une meilleure prise en compte des aspects environnementaux.

L’observatoire de l’environnement et socio-économique a été mis en place en amont des travaux, avec la signature en juin 2012 d’une charte de fonctionnement ayant pour objet de préciser l’organisation retenue pour sa mise en œuvre effective.
L’observatoire s’appuie en particulier sur :

  • un Comité d’Orientation constitué de l’ensemble des partenaires impliqués dans le projet (i.e. : co-financeurs, représentants des territoires traversés, associations, organismes, professionnels, ERE, CLERE, SNCF Réseau, …). Ce comité d’orientation comprend un collège « socio-économique » et un collège « environnement » ;
  • un Comité scientifique et technique constitué d’experts, d’universitaires, de personnes qualifiées dans les domaines de l’environnement et de la socio-économie. Les missions de ce comité consistent notamment à :
    • émettre des avis techniques sur les programmes proposés par la direction opérationnelle d’ERE/CLERE ;
    • proposer des thèmes à intégrer à l’observatoire.

Le Comité d’orientation s’est réuni à quatre reprises, la dernière réunion s’étant tenue le 8 juillet 2015 à Rennes.

Les thèmes retenus sont :

  • pour l’approche socio-économique :
    • retombées économiques locales et effets du chantier (enquêtes auprès du personnel ERE / CLERE / OPERE – effets de la sous-traitance, suivi de l’emploi) ;
    • effets de la LGV sur le réseau urbain du Grand Ouest (mouvement des actifs et des entreprises) ;
    • études agricoles (macroscopique et ciblage sur 40 exploitations : une vingtaine étant identifiée à ce stade) ;
    • transport et mobilité (évaluation des dynamiques de transport) ;
    • tourisme.
  • pour l’approche environnementale :
    • étude psychosociologique du paysage (évaluation du ressenti des riverains avant, pendant et après les travaux) ;
    • étude des amphibiens (suivi ADN et taux de dispersion de part et d’autre de la LGV) ;
    • étude des chiroptères (site Natura 2000 des grottes de Saulges en Mayenne - trajectographie au droit des ouvrages) ;
    • évolution des paysages agricoles / fragmentation du territoire (évolution du réseau bocager, indicateur de biodiversité) ;
    • observatoire photographique du paysage (intégration à l’Observatoire Photographique du Paysage de Bretagne) ;
    • suivi de la Loutre.

Le bureau d’études EGIS a été chargé d’une mission globale de pilotage des études environnementales, et le bureau SETEC en groupement avec l’Université du Maine, des études socio-économiques.