Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Connaissance, évaluation et développement durable

Précarité énergétique : face aux factures d’énergie, 340 000 foyers sont vulnérables en Pays de la Loire

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 8 janvier 2015

Dans les Pays de la Loire, 13,2 % des ménages consacrent sur l’année plus d’un mois de leur revenu annuel à payer leur chauffage. Cette vulnérabilité énergétique « résidentielle » touche davantage les ménages les plus pauvres et les personnes seules. Au-delà des niveaux de revenus des ménages, des caractéristiques propres au logement augmentent le montant de la facture énergétique : le chauffage au fioul, une date de construction antérieure à 1975. Les ménages les plus exposés à la précarité « résidentielle » habitent en dehors des agglomérations et dans le nord ou le sud-est de la région. Outre le chauffage, le budget énergie des ménages comporte les dépenses en carburant pour la voiture. Ils sont 12,4 % à y consacrer plus de 4,5 % de leur revenu. La vulnérabilité « carburant » augmente avec l’éloignement des centres urbains.

Téléchargez l’ensemble de la publication : AC141_prec_ener_men_PdL (format pdf - 1.1 Mo - 08/01/2015) et accédez aux fichier de données complémentaires : Fic_tableaux_complementaires (format xls - 232 ko - 17/12/2014) .
Ce fichier comporte des tableaux détaillés à l’échelle départementale et régionale. Il présente par ailleurs les taux de précarité des communes et regroupements intercommunaux de plus de 30 000 habitants (établissements publics de coopération intercommunale, regroupements de collectivités au sein de SCoT ou schémas de cohérence territorial et des PCET ou plans climat énergie territoriaux).
Presque un quart des ménages ligériens sont exposés à la précarité énergétique :
Part des ménages exposés à la précarité énergétique en Pays de la Loire
Davantage de vulnérabilité énergétique « résidentielle » en dehors des grandes agglomérations :
Taux de vulnérabilité énergétique « résidentielle » par zone d’au moins 30 000 habitants (EPCI ou regroupement d’EPCI)

sources : Insee, recensement de la population 2008, enquêtes revenus fiscaux et sociaux, RDL, SOeS, Anah