Envoyer à un ami  Imprimer la page (ouverture nouvelle fenêtre)  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner rubrique  desabonner rubrique
Logement et construction
 

Données - variantes

Questions-réponses sur l’expérimentation E+C- en Pays de la Loire sur les données et variantes

En savoir plus sur

Ci-dessous, les principaux sigles à connaître :

  • ACV = Analyse de cycle de vie
  • CVC = Chauffage ventilation climatisation
  • E+C- = Bâtiment à énergie positive et réduction carbone
  • FDES = Fiche de données environnementales et sanitaires
  • GES = Gaz à effet de serre
  • MDEGD = Module de données environnementales générique par défaut
  • RE2020 = Réglementation environnementale des bâtiments neufs 2020
 
 

Quels sont les leviers pour motiver les fabricants à établir des FDES ?

Réponse :

Les produits sans FDES seront pénalisés dans la RE2020 et seront donc moins utilisés pour la construction de bâtiments.

Les FDES permettent aux industriels/fabricants de :

  • Connaître les émissions de GES de leur produit.
  • Mettre en avant leur produit par rapport aux autres.
  • Mieux connaître leurs process de fabrication, distribution et mise en œuvre, ce qui est l’étape indispensable à la diminution de leurs impacts environnementaux mais aussi, bien souvent, économiques (exemple : un fabricant fait la FDES de son produit, il réalise qu’en utilisant une énergie plus renouvelable pour le fabriquer, il diminue de 50% les émissions de son produit mais également ses coûts de fabrication).

L’analyse des variantes est-elle accompagnée d’une approche économique ?

Réponse :
Cette évaluation économique n’a pas été systématique. Elle a été pratiquée par certaines équipes de maîtrise d’œuvre dans certains projets. Par exemple dans le projet GHT, qui a comparé un chauffage gaz à un chauffage bois. Le bois est plus cher en investissement et moins cher en exploitation (rentable au bout d’environ 15 ans), et permet d’atteindre le niveau C2 pour les produits de construction et équipements, contrairement au gaz+solaire photovoltaïque qui est au niveau C1. « La combinaison chaufferie et ossature bois permet de s’affranchir d’une installation solaire photovoltaïque pour atteindre le niveau E3, ce qui permet à cette variante d’être la plus performante en termes de poids de carbone des produits de constructions et équipements. »

Le chauffage électrique est-il plus impactant que le chauffage au gaz ?

Réponse :
Il est difficile de répondre, car très peu de projets ont pu modéliser de manière complète et détaillée le lot 8 CVC. La plupart des bureaux d’études ont utilisé la saisie simplifiée par forfait, faute de déclarations environnementales. Ce point devra donc faire l’objet de futurs retours d’expériences. Cette analyse a néanmoins été faite pour le projet GHT, et a montré que le recours à l’électricité est moins performant en termes de bilan carbone pour les produits de construction et équipement (la variante visant le E3 ne permet pas d’atteindre le C1pce).

D’où viennent les données des MDEGD bardage bois et FDES bardage Douglas ?

Réponse :

Les modules de données environnementales génériques par défaut (MDEGD) sont des données par défaut, construites par le ministère en charge d’E+C-, le CSTB et le Cerema, pour être a priori pénalisantes. Ils permettent d’avoir des données utilisables le temps que les FDES, plus représentatives de la réalité, prennent le relai.

La FDES “Bardage douglas non traité pour un usage de classes 2 et 3” n°4112 dans la base INIES est une fiche collective réalisée par Créabois Isère (Interprofession du bois en Isère) pour le compte des “entreprises de 1ère et 2ème transformations du bois” de la région Rhône-Alpes produisant des bardages en douglas conformes aux critères présentés dans ce document.


Pourriez-vous présenter les variantes MDEGD et FDES collectives ?

Réponse :
Le type de fiches utilisées dans les variantes a été ajouté dans le diaporama de présentation des 10 ACV en conception sur cet article des résultats E+C- en Pays de la Loire, diapo 20 à 24. De plus, des variantes par type de fiches ont été faites dans le MOOC E+C- "Tout savoir sur l’expérimentation E+C-", réalisée par le CSTB et financé par l’ADEME et le programme PACTE.

Le chauffage est-il le poste de consommation principal dans l’enseignement ?

Réponse :
Pour la 1ère école primaire, le chauffage représente 25 kWhep/m².an (1er poste) dans l’étude RT2012 pour un Cep total de 61 kWhep/m².an (hors déduction de la production d’énergie solaire). Pour la 2ème école primaire, le chauffage représente 19 kWhep/m².an (1er poste) pour un Cep de 42 kWhep/m².an.