Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Infrastructures de transport et aménagement

Cérémonie de lancement des travaux de la déviation de Bouvron du 9 novembre 2017

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 13 novembre 2017

Les travaux de la déviation de Bouvron ont démarré en 2017. Pour marquer le début du chantier routier, une cérémonie de lancement des travaux été organisée le jeudi 9 novembre 2017 à Bouvron en présence de Monsieur le sous-préfet de Châteaubriand-Ancenis, Monsieur Mohamed Saadallah et du maire de Bouvron, Monsieur Marcel Verger.

La déviation de Bouvron est une route de 4km réalisée à l’est de l’agglomération de Bouvron. Elle se raccorde à ses extrémités à la Route Nationale 171 actuelle. Sur la partie sud, c’est une route à 2x2 voies avec un créneau de dépassement sur 2 km qui va être réalisée. Sur la partie nord, c’est une route bidirectionnelle sur 2 km.
Il y a deux grandes périodes de travaux pour ce chantier de la déviation de Bouvron. La première en cours, se déroule sur cinq secteurs de la déviation et consiste à la construction de trois giratoires et de deux ouvrages d’art. Les travaux ont démarré cette année et vont s’achever début 2018. Une fois cette période achevée, la seconde commencera. Il s’agira de la réalisation des travaux de terrassements et de chaussées sur les 4km de voie nouvelle. Cette 2ème période va démarrer avant l’été 2018 pour une durée de 2 ans. La mise en service de la déviation aura lieu début 2020.

L’État est le financeur exclusif des travaux, sont estimés à 15 millions d’euros. Le financement est inscrit dans le Contrat de Plan Etat Région 2015-2020.

Au-délà de cet investissement financier, la déviation de Bouvron est aussi et avant tout le résultat d’un investissement de l’État à travers l’action de tous ses services :

  • en tant que maître d’ouvrage, avec la DREAL des Pays de la Loire,
  • en tant que maître d’oeuvre et exploitant de la route nationale, avec la DIRO,
  • et enfin en tant que service instructeur garant du respect de la réglementation, avec la DREAL Pays de la Loire et la DDTM.

La déviation de Bouvron apporte une solution pour la ville de Bouvron confrontée au passage toujours plus nombreux des poids-lourds dans son centre-ville.

En matière d’environnement, le projet respecte pleinement la doctrine du ministère de la transition écologique et solidaire « Eviter Réduire Compenser ». A chaque étape : pendant la conception, pendant les travaux et lors de la mise en service de la route, des mesures en faveur de l’environnement sont prévues. Ainsi, les services de l’État ont fait évoluer le projet pour éviter des impacts sur les zones humides. Pendant le chantier, des mesures sont prévues pour réduire les impacts sur l’environnement. Le maître d’ouvrage a recruté un prestaire spécifique, un coordonnateur environnemental, pour veiller à ce point pendant toute la durée des travaux. Enfin, pour compenser les impacts sur les zones humides et les espèces protégées (destruction d’habitats et coupure de corridors), des mesures compensatoires sont prévues dans le cadre du projet.

Ces mesures compensatoires correspondent à des créations de mares, des plantations de haies, de création de zones humides, etc…Elles sont principalement réalisées chez des exploitants agricoles. Et c’est grâce au concours de toute la profession agricole et avec l’aide de la chambre d’agriculture, que l’État a pu définir et mettre en œuvre toutes ces mesures. Aujourd’hui, quinze mares de compensation ont été réalisées. Avant 2019, toutes les autres mesures de compensation seront réalisées telles que la plantation de haies, la création de zones humides etc.

En matière sociale, sur le territoire, pendant les travaux, le chantier va permettre d’offrir aux personnes éloignées du marché du travail des opportunités d’embauche. En effet, les marchés de travaux passés pour la réalisation du chantier de la déviation de Bouvron prévoient des heures d’insertion sociale. Ainsi, les entreprises intervenant dans le chantier, ont l’obligation de réserver un nombre d’heures minimum de travail à des personnes rencontrant des difficultés d’accès à l’emploi. Au total, il est prévu 5 700 heures d’insertion sociale pour l’ensemble du chantier. La Communauté de Communes de Blain joue le rôle de facilitateur sur le territoire et permet de garantir la réussite de ce dispositif d’insertion sociale.