Logo préfècture région
DREAL   Pays de la Loire
Direction régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement

RN171 – Visite du chantier du 21 décembre 2018

publié le 14 janvier 2019 (modifié le 23 janvier 2019)

Visite du chantier :

La déviation de Bouvron est une route neuve de 4km réalisée à l’est de l’agglomération de Bouvron. Elle se raccorde à ses extrémités à la route nationale 171 actuelle. Sur la partie sud, c’est une route à 2x2 voies avec un créneau de dépassement sur 2 km ; tandis que sur la partie nord, c’est une route bidirectionnelle sur 2 km. La déviation de Bouvron apporte une solution pour le centre bourg, confronté au passage toujours plus nombreux des poids-lourds et répond à un enjeu de sécurité routière.
Photo aérienne de giratoire au Nord du projet (oct 2018)

Les travaux de la déviation de Bouvron ont démarré en 2017 et doivent s’achever début 2020. Les gros travaux de terrassement et d’assainissement ont débuté mi-2018 et, grâce à des conditions météorologiques exceptionnelles, les couches inférieures de la structure ont été achevées juste avant l’hiver.

Pour marquer cette étape importante dans l’avancée des travaux, financés à 100 % par l’État et dont la maîtrise d’ouvrage est assurée par la DREAL Pays de la Loire, une visite de chantier a été organisée le 21 décembre 2018.

Cette visite a été l’occasion pour le maître d’ouvrage, en présence d’élus locaux, du sous-préfet de Chateaubriant et des entreprises travaillant sur le chantier, de présenter l’avancée des travaux, le calendrier prévisionnel pour l’année 2019 et de rappeler les grands enjeux de cette opération, notamment sur le volet environnemental.

Le projet se veut en effet exemplaire sur le champ environnemental, d’autant que les enjeux sur le secteur sont importants puisque l’ouvrage s’inscrit dans un territoire riche en zones humides, au sein de complexes bocagers denses très favorables à la biodiversité.

Ainsi, depuis les premières phases de conception jusqu’à la mise en service prévue en 2020, le projet respecte pleinement la doctrine du ministère de la transition écologique et solidaire « Éviter Réduire Compenser ».

Pendant la conception, les services de l’État n’ont eu de cesse de faire évoluer le projet pour éviter des impacts sur les zones humides.

Pendant le chantier, des mesures sont prévues pour réduire les impacts sur l’environnement, à travers l’adaptation du calendrier du chantier, la mise en défens des zones les plus sensibles en limite d’emprises, le déplacement des espèces protégées à l’extérieur des emprises en amont des travaux et l’implantation de barrières pour les empêcher d’y revenir, etc. Le maître d’ouvrage a recruté un prestataire spécifique, un coordinateur environnemental, chargé de veiller au respect de toutes les prescriptions environnementales pendant toute la durée des travaux.

Enfin, pour compenser les impacts sur les zones humides et les espèces protégées (destruction d’habitats et coupure de corridors) qui n’ont pu être évités, des mesures compensatoires ont été mises en œuvre depuis mi-2017. Il s’agissait de créer de mares, de planter des haies, de restaurer et créer des zones humides, etc, dans le but de restaurer des espaces bocagers proches de ceux qui ont été détruits dans les emprises, en les connectant du mieux possible pour les rendre favorable à la biodiversité locale. Elles sont principalement réalisées chez des exploitants agricoles. Et c’est grâce au concours de toute la profession agricole et avec l’aide de la chambre d’agriculture, que l’État a pu définir et mettre en œuvre toutes ces mesures. Aujourd’hui, la quasi-totalité des mesures a été réalisée et fait l’objet d’un suivi spécifique visant à vérifier leur fonctionnement et à quantifier leur efficacité.

Au total, environ 9 % des 15M€ que coûte le projet est affecté sur les mesures environnementales.

La matinée s’est achevée par une visite du chantier en bus, qui a pu rouler sur la couche de forme fraîchement achevée. Les invités ont pu voir l’avancée du chantier. Les travaux reprendront désormais au printemps, avec la réalisation des enrobés.

Présentation par la DREAL de l’opération et de l’avancement des travaux à la salle Horizinc, en présence de M. le sous-préfet de Chateaubriant et de M. le maire de Bouvron :

Photo aérienne de giratoire au sud du projet (oct 2018)

Liens à suivre :

- photos aériennes du chantier, prises en octobre 2018
- journal de chantier n°5 de décembre 2018