Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Connaissance, évaluation et développement durable

Questionnaires et grilles d’entretien

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 27 novembre 2009 (modifié le 11 avril 2011)

Du 17 mars au 31 mai 2009, la Dreal des Pays de la Loire a réalisé une enquête sur la prospective territoriale en direction de deux cibles, les collectivités locales et les bureaux d’étude investis sur ce champ.

Cette étude comparative visant à appréhender l’offre et la demande s’est attachée à répondre plus précisément aux questions suivantes :

  • Quelles sont, pour les collectivités et les bureaux d’étude, les perceptions et les pratiques de la prospective territoriale ?
  • L’usage de la prospective est-il répandu parmi les collectivités ?
  • Quelle est l’offre en prospective territoriale proposée actuellement sur le marché ?
  • Quelles en sont les caractéristiques ?
  • Y-a-t-il adéquation entre les attentes implicites des collectivités et l’offre des bureaux d’étude ?
  • En d’autres termes, les collectivités peuvent-elles être satisfaites des prestations qui leur seront proposées ?
  • Quelles sont les caractéristiques de la commande publique ?
  • Quel bilan dressent les bureaux d’étude de leurs expériences ?
  • Quelles sont les voies de progrès ?

Enquête auprès des collectivités

L’enquête a débuté le 17 mars 2009.
Le Conseil Régional ainsi que tous les pays, les conseils de développement, les conseils généraux, les communes, les établissements de coopération intercommunale des Pays de la Loire en étaient destinataires.
Pour lire le questionnaire :

enquete sur les attentes en prospective_territoriale (format pdf - 150.1 ko - 27/11/2009)

Enquête auprès des bureaux d’études

L’enquête a été lancée le 31 mars 2009.
Une quarantaine de bureaux d’études en était destinataire.
Pour lire le questionnaire :

questionnaire sur l’offre enprospective (format pdf - 157.4 ko - 27/11/2009)

Méthode : le choix d’une enquête en ligne adressée à deux cibles
Les enquêtes en ligne permettent de limiter les échanges papier et d’offrir un certain confort aux personnes qui répondent.
Le logiciel utilisé, Limesurvey, est disponible sur le monde libre et permet d’adresser des invitations à remplir un questionnaire puis d’effectuer des rappels auprès de ceux qui n’ont pas répondu.
Ce type d’outils nécessite néanmoins de composer avec des logiciels de filtrage des messages, mis en place pour lutter contre les spams. De plus, l’accès en ligne depuis un ordinateur encourage les réponses individuelles, au détriment des réponses collectives.
L’enquête a duré un mois et demi, du 17 mars au 31 mai 2009.
Elle a d’abord été adressée à l’ensemble des collectivités de la région. Les nombreuses connexions (plus de 600) témoignent d’une curiosité à l’égard de la prospective. 271 réponses ont été retenues pour l’exploitation. Les élus ont davantage répondu que les techniciens. Le taux de réponses de 16% est satisfaisant pour une enquête en ligne portant sur un sujet technique. Les collectivités de taille importante ont moins répondu. En revanche, près d’un pays sur deux a répondu. Les réponses retenues sont bien réparties sur le territoire régional.
L’enquête a ensuite été adressée, après quelques entretiens préalables, aux bureaux d’étude. 18 réponses ont été exploitées sur les 21 collectées.
Deux questionnaires ont été élaborés pour toucher les deux cibles. Certaines questions étaient communes, d’autres non. Les questions communes ont été directement utilisées pour comparer les perceptions de chacun. Les questions spécifiques ont permis de mieux préciser les spécificités de chaque cible.

Cette étude a été menée en régie par :
- la Dreal (division observations, études et statistiques du SCTE) : Gwénaëlle Le Bourhis, chargée d’étude et Vincent Raynaud, étudiant de l’université de géographie de Nantes
- deux assistantes au maitre d’ouvrage, l’une dans le domaine de la sociologie (Nathalie Racineux, Cete de l’ouest), l’autre de la communication web (Joëlle Jacq, DDTM 44)