Envoyer à un ami  Imprimer la page (ouverture nouvelle fenêtre)  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner rubrique  desabonner rubrique
Ressources naturelles et paysages
 

Quelques espèces rares ou menacées en Pays de la Loire

 
 

Amphibiens

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 22 décembre 2009

Le Triton crêté

(Triturus cristatus cristatus)

Il recherche des eaux relativement chaudes, généralement des mares de faible profondeur et riches en végétation aquatique. L’hivernage s’effectue à terre, sous les racines d’un arbre où il peut se nourrir de vers de terre, d’insectes ou de petits crustacés ; il se nourrit aussi de têtards de grenouilles et même de larves de tritons.

Triturus cristatus cristatus
 

Durant la période de reproduction, qui débute vers mars-avril, la femelle pond entre 200 et 300 oeufs, qu’elle dépose individuellement parmi les plantes aquatiques. Les larves, diurnes, resteront 3 mois dans l’eau, avant de se métamorphoser. Ensuite, les tritons vont rejoindre le milieu terrestre où ils seront nocturnes.

Le triton crêté, rare au niveau européen, est encore assez bien représenté en Pays de la Loire, bien que parfois très localisé, et ce malgré le comblement des mares et abreuvoirs ou leur empoissonnement.

Le Pélobate cultripède

(Pelobates cultripes)

Il affectionne les sols meubles sablonneux du littoral où les adultes peuvent s’enfouir facilement. Au moment de la reproduction, il recherche des mares peu profondes, même saumâtres, mais pauvres en végétation aquatique où il trouve pour se nourrir des insectes, des araignées, des cloportes ou encore des vers.

Nocturne, il s’enterre le jour dans le sol à une profondeur variant de 6 à 20 cm, parfois jusqu’à 1 mètre. C’est ainsi qu’il passe l’hiver. La période de reproduction commence vers mars.

Cette espèce essentiellement littorale et méridionale atteint dans notre région sa limite de répartition. Un des derniers sites qu’elle occupe en presqu’île du Croisic a été récemment détruit par l’aménagement d’une zone industrielle et d’autres sites sont menacés sur le littoral vendéen. La présence de petites mares d’eau douce à saumâtre en milieu dunaire est primordiale pour son maintien.