Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Connaissance, évaluation et développement durable

Lettre prospective n°22 de septembre 2021

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 13 septembre 2021 (modifié le 27 septembre 2021)

Bonjour,

Vous trouverez ci-après des initiatives de prospective menées en région Pays de la Loire et ailleurs, qui invitent à interroger l’avenir, agir et donner du sens sur le temps long.
Un agenda clôture cette lettre. Il est régulièrement mis à jour pour vous informer des rendez-vous prospectifs à venir.

Bonne lecture.

Le service de la connaissance des territoires et de l’évaluation
Division Observations Études et Statistiques
Nous contacter.

  Imagine la sobriété en Loire-Atlantique

L’équipe d’Imagine La, le conseil de développement de la Loire-Atlantique qui se veut « un lieu d’expression de l’intelligence collective des habitant.es sur l’avenir de la Loire-Atlantique », poursuit son travail de veille sur la sobriété, qu’elle soit matérielle, énergétique, alimentaire, foncière ou numérique.
Elle a proposé durant l’été 2021 :

  • à ses lecteurs : un article sur la sobriété, consacré à « Cuba et sa culture de la survie. »
  • à ses auditeurs : un nouveau podcast de sa série consacrée aux initiatives de sobriété en Loire-Atlantique en matière d’habitat.
Cuba - Imagine La

  Projet de territoire des Coëvrons

Coevrons

La Communauté de communes des Coëvrons réactualise son projet de territoire grâce à une démarche de prospective participative.
Une « Assemblée de territoire » a été créée, elle réunit près de 200 habitants, acteurs, élus, agents. Lors des deux premiers séminaires les participants ont identifié les « futurs souhaités » et commencés à travailler sur les trajectoires pour y parvenir. A l’automne 2021, trois séminaires supplémentaires permettront de co-élaborer le projet de territoire qui après décision des élus constituera le guide pour l’action non seulement de la Communauté de Communes mais de tous les acteurs engagés pour leur territoire.

  Prospective de la logistique en Bretagne

En juillet 2021, la Dreal Bretagne a publié une étude qui propose des facteurs de changement prospectif pour la Bretagne d’ici 2040.

Logistique Bretagne en 2040

A l’horizon 2040, six champs ont été explorés :

  1. Les rôles des ports bretons dans l’internationalisation des échanges longue distance (alimentation du bétail, énergies marines renouvelables…)
  2. L’organisation des chargeurs et transporteurs par rapport aux modes de transports
  3. La logistique des secteurs de l’agriculture et de l’agro-alimentaire
  4. La logistique du secteur des minerais et de la construction (densité régionale des carrières)
  5. L’organisation de la logistique de la grande distribution
  6. L’organisation liée à l’e-commerce et à la logistique urbaine

Lien vers la synthèse de l’étude sur le site de la Dreal Bretagne

Le rapport décrit notamment les réflexions menées lors d’un intéressant atelier qui a permis de se projeter en 2040 en interrogeant la probabilité d’hypothèses (« futurs possibles »).

L’ensemble des entretiens et des interventions lors d’un webinaire de février 2021 est également disponible sur la nouvelle chaîne Youtube « Logistique Bretagne 2040 » de l’ORTB.

  Objectif-zan : un simulateur pour tester le zéro artificialisation nette sur son territoire

Les simulateurs sont des outils utiles pour donner à voir un avenir tendanciel. Ils font partie des outils quantitatifs utilisés en prospective (Cf. numéro de mars 2020 qui présentait le simulateur Parcel pour une alimentation résiliente, citoyenne et locale).

L’atteinte de l’objectif de zéro artificialisation nette (Zan) à l’horizon 2050 figure dans la loi Climat et résilience du 22 août 2021.
La fédération nationale des Scot et l’union nationale des aménageurs (Unam) proposent un simulateur pour tester cet objectif du Zan dans les territoires de Scot (schéma de cohérence territoriale).
Ce simulateur Objectif-zan.com est disponible en ligne.

  Un vade-mecum « Faire Territoire : OSONS avec et pour tous ! »

Réalisé par l’Association Nationale des Pôles territoriaux et des Pays (ANPP), le vade-mecum « Faire territoire : osons avec et pour tous ! » est un guide destiné à préciser la notion de projet de territoire et à donner des clés pour le réussir.

Il recommande d’adopter la posture prospective et notamment de :

  • « S’appuyer sur des élus projets angels, qui s’inscrivent dans une démarche de temps long et sillonnent le territoire pour en révéler les potentialités et incarner la construction du projet
  • Rompre avec les seules monographies classiques compilées à coups de données socio-économiques du territoire et de s’intéresser au sensible et à l’imaginaire des individus
  • Associer largement à la construction d’un récit (cf. précédent numéro de la lettre qui propose une méthode)
  • Aborder le projet dans toutes les dimensions temporelles en se projetant à différents horizons, de manière à la fois réaliste et ambitieuse. »

Retrouver ce vade-mecum sur le site de l’ANPP

  Le mot du jour : les controverses

Vous avez peut-être remarqué que le mot « controverses » est aujourd’hui très usité. Décliné au pluriel, ce mot indique bien que les controverses sont multiples.
En prospective, pour aborder les controverses pour le futur, des ateliers de travail leur sont même dédiés.

Mais de quoi s’agit-il ? Que sont ces controverses ?

Dans un monde toujours plus complexe et incertain, les phénomènes à l’œuvre, et plus encore ceux à venir, sont interprétés de manière différente par les uns et les autres. Selon le conseil économique, social et environnemental (Cese), les étudier rend évitables plusieurs écueils :

  • l’immobilisme : attendre tant l’incertitude est grande.
  • le simplisme : ignorer la complexité, faire simple ou comme avant.
  • le relativisme : puisque le sujet est complexe et que la science ne donne pas de réponse définitive, toutes les opinions se valent.
  • la défiance voire le complotisme.
Cese

Lorsqu’une question est controversée, elle met en jeu des opinions différentes exprimées par certaines parties de la société. Pour répondre à cette question et avant de chercher des compromis, il faut d’abord comprendre sur quoi portent les différences de points de vue.
Cette méthode dite des controverses, permet de trouver un « accord sur les points de désaccord », selon les mots du Cese.
Elle figure dans la boite à outils de prospective, dans un tiroir dédié aux méthodes d’experts, qui fournissent de la connaissance sur les enjeux à venir (cf. prochain numéro de la lettre qui fera le point sur les différents tiroirs de la boîte à outils de prospective).

Comment s’y prendre ?

Etude du Cese

Fin 2020, le Cese a proposé une séance plénière dont le fil rouge était « Mieux évaluer, mieux délibérer et mieux décider ».
Une vidéo présente la méthode d’analyse des controverses utilisée par ce conseil.
Le Cese émet des avis sur des propositions qui lui sont faites. Par nature, ces propositions sont controversées. Pour émettre des avis de qualité, il utilise donc la méthode des controverses.
L’analyse de controverses est menée sans préjuger de la réponse à apporter, en opportunité. Cette posture de neutralité est indispensable à l’analyse des controverses, même si elle est complexe à adopter sur des sujets qui sont par nature clivants.

Inspirés par deux situations (l’aéroport de Notre-Dame des Landes et le plan de gestion des déchets nucléaires), le Cese a écouté pour comprendre les arguments et repérer où naissaient les controverses, sans donner raison à quiconque.

Le Cese a depuis réalisé un guide pédagogique, en fin de mandature, pour inspirer ses successeurs mais également d’autres organismes.
Retrouver :

Quelques résultats

  • Fin 2020, le Ministère de la Transition Écologique et Solidaire, dans le cadre du dispositif Explor’ables, a organisé un atelier de controverses « Transformations socio-culturelles autour des nouveaux récits collectifs ». Trois scénarios ont été bâtis, selon le regard des réformistes, des alternatifs et des indécis. Le rapport de cet atelier de controverses sur les recits collectifs (format pdf - 2.9 Mo - 06/08/2021) est à découvrir ici, sur le site du festival des explorations.
Explor’ables
  • Le Cese a choisi, pour réaliser son guide pédagogique, le thème de la mobilité, décliné en 10 questions : vaut-il mieux interdire, réglementer ou inciter pour faire évoluer les comportements ? Faut-il développer l’usage des agro-carburants ? Faut-il tirer au sort des citoyens, qui ne sont pas forcément familiers des approches techniques, pour obtenir leur réponse ?
  • Fin 2019, le Commissariat Général au Développement Durable (CGDD) du Ministère de la Transition Écologique et Solidaire a organisé un atelier de controverses « Transformations des individus par l’apprentissage”. Retrouver le rapport de cet atelier de controverses sur les apprentissages (format pdf - 284 ko - 06/08/2021) ici
Scénario des alternatifs

  Point-méthode : l’exploration, entre veille et controverse

L’exploration : voila également un mot aujourd’hui très utilisé en prospective. Il y a une vingtaine d’années, on parlait plus volontiers d’être "en veille" prospective. Certains précisent « partir en plongée », d’autres « en quête de signaux faibles ».

Tout ce vocabulaire (veille, exploration, plongée…) a, pour point commun, un élément de l’attitude prospective : se questionner.
Cette posture rend humble face aux certitudes : ce n’est pas parce que le monde a tourné d’une manière qu’il continuera ainsi.
Elle remet en cause les préjugés pour interroger le monde à venir. Rien n’est en effet écrit et, individuellement comme collectivement, chacun est un levier, dispose d’un rôle à jouer pour écrire l’histoire.

Derrière la notion d’exploration, on trouve une seconde intention, celle de révéler des controverses.

Quelques exemples :

  • L’agence d’urbanisme de la région angevine, l’Aura, poste ses explorations.
  • Une exploration juridique sur les tiers lieux créateurs de communs, proposée par les Juristes embarqué.es


Un festival leur est même dédié. Installé à Royan en Charente-Maritime, le festival des Nouvelles Explorations invite chacun à réfléchir, dialoguer et débattre sur les grands défis que traversent nos sociétés. L’événement réunit chaque année des chercheurs, philosophes et personnalités engagées, venus partager leurs découvertes et leurs regards sur les ruptures que le XXIème siècle nous promet.
Le site propose de nombreuses conférences en replay.
Programme de la dernière édition du festival (2019) (format pdf - 8 Mo - 08/02/2021)

  Ruptures technologiques dans les mobilités

Les innovations et ruptures technologiques sont particulièrement présentes dans les prospectives de mobilités, portées notamment par ceux qui investissent dans cette recherche : les organisations publiques nationales et internationales, les bureaux d’études ou les entreprises.

Parmi les rapports portés par des organismes publics, citons-en deux qui mettent en avant les ruptures technologiques :

  • Mai 2020 : perspective des transports du FIT (forum international des transports).
    Cette publication de l’OCDE expose les tendances et les perspectives de long terme jusqu’en 2050. Elle combine des ruptures politiques et technologiques pour construire des scénarios. L’une des ruptures technologiques est l’impression 3D dont l’usage réduira notamment la demande de transports de marchandises, de même que celle en surfaces logistiques.
  • Décembre 2020 : Mobilité intelligente a animé un nouvel atelier prospectif sur « Espaces publics et robomobilité ».
  • Mai 2021 : le dernier Atelier Prospectif « la Vie Robomobile » a choisi d’ouvrir largement le champ des questionnements sur les différents modèles sociotechniques associés à l’automatisation et les conditions à réunir pour fixer les règles du jeu.

Sur ce même site de la Vie robomobile, tous les ateliers déjà organisés sont restitués. On y trouve également une pépite, l’atlas prospectif de la planète robomobile, très bien illustré.

  Notre pépite : le jeu de la résilience

Comme dans le numéro précédent (Mission 1.5° de l’Onu), notre pépite est à nouveau un jeu sérieux.
Les jeux sérieux sont de plus en plus utilisés pour faire de la prospective. Certains jeux sont produits par des consultants qui les proposent à l’occasion de contrats ; d’autres, élaborés par des associations ou des collectivités, sont utilisables gratuitement ou contre faible rétribution.

Le Département de la Gironde en propose un, riche d’enseignements, pour 3 à 5 joueurs.

Vous et vos compagnons êtes des Agents Spéciaux de la Résilience. Vous travaillez ensemble à la mise en place d’actions résilientes. Votre capacité d’organisation collective et votre rapidité vous permettront de préparer par des actions de résilience un maximum de territoires aux chocs et stress à venir afin d’en limiter les impacts. Si vous et votre équipe n’êtes pas capables de trouver des actions de résilience à la hauteur des enjeux, le département s’effondrera et cela sera la défaite pour tout le monde… Avez-vous des idées pour sauver la Gironde ?

Il est possible à chacun de s’en inspirer et de l’adapter à son territoire de vie :

  • en changeant les localités,
  • en modifiant les aléas, selon les vulnérabilités spécifiques à son territoire.

Téléchargez ici :

  • le plateau,
  • le jeu de cartes
  • les règles du jeu à imprimer.
Une des cartes "choc" (jeu de la résilience)
Une des cartes Boost (jeu de la résilience)

  Et ailleurs dans la région sénégalaise des Niayes en 2040 ?

À quoi ressemblera la région sénégalaise des Niayes en 2040 ? Plusieurs scénarios plausibles ont été conçus dans le cadre du projet de recherche Niayes 2040. En créant un débat sur l’avenir, ces travaux ont pour but « d’éclairer les décisions du présent à la lumière du futur, montrer qu’il est possible d’infléchir la trajectoire du territoire vers un futur souhaité. »
Découvrez ces trajectoires possibles en vidéo sur le site du Cirad.

Récolte de pommes de terre dans les Niayes © C. Jahel, Cirad

  Rural Inspiration Awards

L’édition 2021 des Rural Inspiration Awards a récompensé des projets issus de toute l’Europe, réunis autour du thème « notre avenir rural ». Mobilité, biodiversité, économie circulaire, solidarité… Voici quelques-unes des thématiques portées par les 5 lauréats qui se sont distingués parmi plus de 120 projets candidats.
En savoir plus sur le site du réseau rural français

  Agenda

Avertissement : dans le contexte actuel, plusieurs des rendez-vous annoncés pourraient changer de format, être reportés ou encore annulés. Merci de vous rapprocher des organisateurs.

  S’abonner à la lettre

Pour recevoir les prochains numéros de cette lettre, inscrivez-vous ici !
Le prochain numéro paraîtra durant l’hiver 2021/22 et s’intéressera (1) aux prospectives pour s’adapter au dérèglement climatique et (2) aux différents tiroirs de la boite à outils de prospective.

Pour consulter les numéros précédents de la lettre d’actualité : archives de la lettre.