Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Connaissance, évaluation et développement durable

Les surfaces de parcelles bâties à vocation économique ou résidentielle selon Majic

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 14 octobre 2014 (modifié le 2 août 2018)

L’indicateur

En 2011, 7,0 % de la région étaient constitués de parcelles bâties à vocation résidentielle (contre 6,7 % en 2006) et 1,5 % par des parcelles bâties dédiées aux activités. Par comparaison, les emprises routières et les surfaces en eau mobilisent respectivement 2,8 % et 1,8 % du territoire régional. La consommation d’espaces, en particulier pour les parcelles d’activités, s’est poursuivie à un rythme soutenu entre 2006 et 2011. Entre 2006 et 2011, le taux de croissance annuel moyen des nouvelles surfaces bâties a ainsi été de 2,0 % pour les activités et de 0,8 % pour le résidentiel. Les nouvelles parcelles restent encore très consommatrices de nouveaux espaces. En Mayenne, leur taille moyenne (1318 m²) est même supérieure à la taille moyenne des parcelles de la région (1192 m²).

Avertissement : selon les données Majic de la DG-Fip, la région compte, en milieu rural, des parcelles bâties de plusieurs hectares, sur lesquelles une habitation ou un bâtiment agricole a pu être construit, sans qu’il y ait eu division cadastrale. Le caractère artificiel de ces parcelles, c’est à dire leur faible propension à revenir à un état naturel, est à relativiser car, dans les faits, elles sont parfois partiellement utilisées pour de l’élevage ou de la polyculture.

Les points à retenir sur les parcelles bâties résidentielles et économiques

  • Plus des 4/5 des surfaces bâties de la région ont une vocation résidentielle.
  • La Sarthe et la Loire-Atlantique accueillent plus de la moitié (52 %) des surfaces bâties à dominante résidentielle de la région.
  • Les territoires sous influence urbaine, les plus éloignés des villes-centres, sont les territoires les moins denses en parcelles résidentielles.
  • 2/3 des nouvelles parcelles bâties sont destinées à l’habitat.
  • 70 % des nouvelles parcelles urbanisées pour de l’habitat se trouvent en lointaine périphérie des villes.
  • La vocation des parcelles bâties, dans le nord de la région, est davantage résidentielle qu’au sud.
  • La Loire-Atlantique opte pour des formes urbaines plus denses, en captant 57 % des nouveaux appartements de la région.
  • La taille moyenne d’une parcelle résidentielle serait, en Pays-de-la-Loire, de 1 176 m².
  • Certains nouveaux logements, construits entre 2006 et 2011, restent très consommateurs de surfaces.
  • Les parcelles bâties dédiées aux activités occupaient, en 2011, 1,5 % de la surface régionale.
  • En cinq ans, le rythme de croissance des parcelles à vocation économique a partout été supérieur à celui des parcelles résidentielles.
  • Un emploi en Sarthe ou en Mayenne mobilise près de deux fois plus de surfaces à vocation économique qu’un emploi en Loire-Atlantique.
Les parcelles bâties résidentielles et économiques

En savoir plus

Télécharger l’étude complète qui contient :

  • des cartes,
  • des chiffres-clés par département et par type de territoire (littoral, rural, banlieue, villes-centres, etc.)
  • des commentaires.

Brochure sur l’évolution des parcelles baties à vocation residentielle et économique (format pdf - 1.1 Mo - 25/11/2014)

Données utilisées et méthode

Le fichier de données sur les parcelles bâties est disponible au format Ods.
Méthode et données sur l’évolution du parcellaire bâti (format ods - 199.3 ko - 28/11/2014)

Les données sont communales.

Pour chaque commune, le fichier fournit :

  • les surfaces totales des parcelles comportant un bâti (un ou plusieurs locaux d’habitation ou d’activité économique) au 01/01/ 2011
  • les évolutions depuis 2006
  • le nombre de locaux
  • des données détaillées pour le parcellaire bâti à dominante résidentielle

Avant toute utilisation, merci de prendre connaissance de la méthodologie proposée par le ministère.
Un « groupe de travail national sur l’évaluation de la consommation d’espace à partir des fichiers fonciers » a été mis en place en 2011 par le ministère, faisant intervenir de nombreux partenaires (services de l’État, Ministère de l’Agriculture, FNAU, FNSafer et INRA notamment). Le travail de ce groupe s’est concrétisé par la publication d’une série de fiches proposant, sur la base d’expériences, des indicateurs de mesure de la consommation d’espace.
Retrouver les fiches en téléchargement libre sur le site du Cerema

Mise à jour

Aucune mise à jour n’est pour l’instant programmée

A voir également

D’autres études, réalisées par la Dreal, permettent de détailler différents aspects de la consommation d’espace par l’eau, les bâtiments, les parcelles bâties, etc. Elles sont librement téléchargeables sur le site de la Dreal.
Elles concernent :