Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Logement et construction

Les filières régionales bio et géosourcées présentes à Cities to Be

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 5 novembre 2019 (modifié le 26 décembre 2019)

Novabuild et l’Alliance HQE-GBC ont organisé le congrès international du bâtiment durable à Angers les 12 et 13 septembre. A l’occasion de cet évènement, un stand a été mis à disposition du réseau régional des filières vertes pour la construction, animé par la DREAL Pays de la Loire.
Tous les filières et leur représentation - Atlanbois, le Collectif Paille Armoricain, le Collectif Terreux Armoricains, Construire en Chanvre - et Echobat se sont mobilisées pour être présentes pendant ces deux journées consacrées aux bâtiments durables.

Cette expérience montre la nécessité de communiquer largement sur les matériaux bio et géosourcés car ils suscitent beaucoup d’intérêt tout en restant encore trop méconnus.

Vous trouverez, sur le site de l’évènement Cities to Be, les supports des communications proposées au cours de ces journées.

A noter, tout particulièrement, les revues de projets :

  • Le groupe scolaire de BOUVRON : un exemple de démarche participative. Une revue de projet C’POSITIF de NOVABUILD et l’Alliance HQE-GBC
    - 
    Présentation du projet par les architectes : "Le bâtiment neuf (maternelle) est conçu de façon radicale comme un parapluie en charpente métallique de 30 m x 64 m, avec comme système constructif secondaire une ossature bois. La terre crue a été utilisée en remplissage de murs ossature bois intérieurs , pour un meilleur confort hygrothermique. La terre crue issue du site a été transformée sur place. Volume de terre transformée : 70 m3 soit 126 tonnes"
  • Une caserne de pompiers passive et isolée en Paille. Une Revue de Projet d’ENVIROBAT Grand Est ARCAD-LQE.
    - 
    Présentation du projet par les architectes : "Les murs de la structure sont constitués en ossature bois de 16 cm et la construction repose sur une dalle basse en béton puis sur un plancher mixte bois/béton. L’isolation des façades extérieures est assurée, d’une part grâce à 16 cm de laine de bois et 47 cm de paille appliquée à l’intérieur de l’ossature bois dans des caissons préfabriqués et préassemblés en atelier par l’entreprise de charpente Sertelet. Il y a également de la ouate de cellulose (40 cm) dans les solives en bois de la toiture et du polystyrène (18 cm) sous le dallage. Au final, le besoin de chauffage — assuré par une chaudière à granulés de bois — se limite à un peu moins de 15 kWh/m2/an atteint ainsi le niveau du standard Passivhaus."