Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Logement et construction

Les détecteurs de fumée à chambre d’ionisation

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 4 octobre 2013 (modifié le 10 juillet 2019)
On trouve les DFCI [1] dans certains établissements recevant du public (ERP), dans les industries ou les bâtiments tertiaires car ils ont été beaucoup utilisés jusqu’au début des années 2000. Ils fonctionnent sur le principe de l’ionisation de l’air générée par une faible source radioactive. Même si les risques associés à ces détecteurs sont faibles, ils doivent faire l’objet d’une reprise progressive et d’une élimination selon une filière autorisée, des technologies alternatives (détecteurs optiques) sans risque sanitaire et environnemental étant arrivées sur le marché. Le retrait progressif des DFCI est donc encadré par l’arrêté du 18 novembre 2011. L’INRS [2] a publié une fiche explicitant les obligations de recensement (avant le 31/12/2014) et de retrait progressif des DFCI par leur détenteur (avant le 31/12/2017). (Voir la fiche) L’ASN [3] a également rédigé une note d’information. (Voir la note) Les détenteurs de détecteurs de fumée à chambre d’ionisation doivent donc s’organiser pour répondre à ces obligations en planifiant leurs remplacements.

[1Détecteurs de fumée à chambre d’ionisation

[2Institut National de Recherche et de Sécurité

[3Autorité de Sûreté Nucléaire