Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Connaissance, évaluation et développement durable

L’occupation des sols en Pays de la Loire - Synthèse

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 13 août 2015 (modifié le 5 mars 2019)

Contexte : une démographie dynamique doublée d’une consommation soutenue des espaces naturels et agricoles

Depuis 1962, la croissance démographique de la région Pays de la Loire est une des plus dynamiques de France, avec un gain d’environ 1 million d’habitants.

Plusieurs raisons ont longtemps encouragé une consommation soutenue d’espaces naturels ou agricoles :

  • une géographie favorable peu accidentée et constituée de nombreuses plaines,
  • une bonne desserte en axes routiers,
  • l’attractivité du littoral,
  • et un faible coût du foncier.

L’aménagement des Pays de la Loire repose ainsi sur la consommation de nombreux espaces et une forte dépendance aux énergies fossiles.
L’artificialisation de nouveaux espaces se produit principalement aux dépens de l’espace agricole, majoritaire dans la région (66%).

A court et moyen termes, le modèle actuel n’est pas durable puisque l’étalement urbain à l’œuvre affecte le potentiel d’activité agricole et encourage une multimotorisation toujours plus forte des ménages : les Pays de la Loire sont la région où la proportion de foyers disposant d’au moins deux véhicules est la plus élevée.

La poursuite du développement du territoire régional nécessite aujourd’hui des arbitrages.
Les décideurs font face aux multiples préoccupations en lien avec l’étalement urbain :

  • l’augmentation du coût des énergies,
  • l’accueil de nouveaux habitants,
  • la croissance de la mobilité,
  • la perte de biodiversité,
  • les émissions de gaz à effet de serre,
  • le réchauffement climatique, etc.

Un partenariat Draaf/Dreal pour mesurer l’occupation des sols

La Draaf, la Dreal, les DDT et le Cerema ont souhaité mettre en place des indicateurs de consommation d’espace (ICE).

Les travaux conduits permettent de regrouper les différents postes (eau, agriculture, voiries et surfaces artificialisées). Elle constitue ainsi un mode d’occupation des sols (MOS) des Pays de la Loire.

La situation est présentée à partir des observations disponibles en 2015 qui objectivent les phénomènes en cours et éclairent ainsi les politiques publiques à mener. Cette synthèse propose d’observer, en cinq postes, comment le sol est occupé par :

  • (1) l’agriculture,
  • (2) les bois et forêts,
  • (3) les espaces artificialisées,
  • (4) les surfaces en eau,
  • (5) les autres surfaces : la vocation de certains espaces complémentaires, le plus souvent naturels, n’a pu être, à ce stade, précisément déterminée.

Télécharger la publication commune Draaf/Dreal :
Mode d’occupation des sols des Pays de la Loire (format pdf - 618.6 ko - 03/09/2015)

Mise à jour

Aucune mise à jour n’est envisagée pour l’instant.

A voir également

Pour aller plus loin, chaque donnée utilisée fait, par ailleurs, l’objet d’une publication spécifique.

Ainsi, plusieurs études, réalisées par la Dreal, permettent de détailler différents aspects de la consommation d’espace par l’eau, les bâtiments, les parcelles bâties, etc. Elles sont librement téléchargeables sur le site de la Dreal. Elles concernent :