Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Air, climat et énergie

L’adaption au changement climatique dans les Pays de la Loire

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 22 août 2013 (modifié le 2 septembre 2013)

En 2013 dans les Pays de la Loire, une étude « Stratégie d’adaptation au changement climatique dans le Grand-Ouest » pilotée par le Secrétariat général aux affaires régionales (SGAR) a analysé l’évolution de plusieurs paramètres climatiques en retenant 3 des 4 scénarios du GIEC : B1 (optimiste), A1B (médian), A2 (pessimiste). Pour chacun d’eux, le modèle Arpège climat a produit une simulation climatique différente pour le XXIe siècle.

Le modèle Arpège climat est un modèle de projection réalisé par le Centre National de la Recherche Météorologique. Il constitue l’un des modèles climatiques de référence retenus par le GIEC pour ses exercices de simulation.

À l’horizon 2030, la modélisation climatique prévoit :

  • une hausse des températures moyennes annuelles (comprise entre 0,8 et 1,4°C selon les scénarios) par rapport à la température moyenne de référence (période de référence : 1971-2000). Cette hausse serait plus marquée en été, avec des écarts de température par rapport à la période de référence pouvant atteindre 1,8°C dès 2030 sur la Vendée et la Loire Atlantique.
  • une diminution modérée mais généralisée des précipitations annuelles moyennes, et une augmentation des épisodes de sécheresses (caractérisés par le temps passé en sécheresse exprimé en pourcentage) : le territoire régional pourrait passer de 10 à 30% du temps en état de sécheresse, avec des pics localisés atteignant 40%.
    À l’horizon 2050, il est probable que :
  • la hausse des températures moyennes se poursuive, avec des écarts entre les scénarios et les saisons qui se creusent. En été, les écarts à la référence pourraient atteindre 3°C dans la zone d’influence de la vallée de la Loire et au sud de celle-ci (scénarios A1B et A2),
  • les disparités saisonnières et territoriales dans la diminution des précipitations moyennes s’accroissent : baisse plus marquée en été, affectant plus particulièrement la frange littorale,
  • le nombre de jours de canicule, avec des contrastes territoriaux significatifs, augmente : les territoires au sud de la région étant bien plus impactés que les autres,
  • les sécheresses s’aggravent : sur certaines zones géographiques, le pourcentage de temps passé en état de sécheresse pourrait s’élever à 50% selon les scénarios les plus pessimistes.

À l’horizon 2080, il est probable que :

  • les tendances précitées pour les températures moyennes s’aggravent : hausse des températures moyennes estivales jusqu’à +5,5°C sur certains territoires dans le scénario le plus pessimiste (les territoires sous influence de la Loire apparaissant particulièrement touchés) ; tandis qu’en hiver, l’élévation des températures moyennes serait limitée entre 1,4 et 3°C environ selon les scénarios,
  • les précipitations annuelles moyennes, et l’accentuation des disparités territoriales diminuent significativement, la Vendée étant la plus touchée. Ces diminutions seraient d’autant plus marquées en été, la frange littorale étant davantage impactée que l’intérieur des terres,
  • le nombre de jours de canicules augmente significativement, les données faisant apparaître une exposition significative des territoires sous influence de la Loire,
  • les périodes de sécheresse se généralisent sur le territoire, avec, dans le scénario le plus optimiste, 40% du temps passé en état de sécheresse sur une majeure partie du territoire, ce chiffre s’élevant à 60 voire 80% dans les scénarios pessimistes. Les cinq départements sont assez uniformément touchés.

Afin de s’adapter à ces différents aléas prévisibles, l’étude propose un certain nombre de préconisations suivant différentes échelles temporelles : court terme, moyen terme, long terme. L’échelle temporelle définie ici n’est pas celle de la mise en œuvre, il ne s’agit pas de mettre en oeuvre tout d’abord les actions en court terme, moyen terme, etc. Cette échelle correspond aux résultats et conséquences attendus de ces préconisations. Ces dernières, n’ont de sens, dans le cadre d’une stratégie cohérente d’adaptation, que si elles sont mises en oeuvre dès aujourd’hui et concomitamment.

Une synthèse de l’étude sur l’adaptation au changement climatique dans le Grand-Ouest est disponible sur le site Internet de la préfecture des Pays de la Loire au lien suivant.


Télécharger :