Envoyer à un ami  Imprimer la page (ouverture nouvelle fenêtre)  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner rubrique  desabonner rubrique
Logement et construction
 

Indicateurs - méthode

Questions-réponses sur l’expérimentation E+C- en Pays de la Loire concernant les indicateurs et la méthode

En savoir plus sur

Ci-dessous, les principaux sigles à connaître :

  • ACV = Analyse de cycle de vie
  • CVC = Chauffage ventilation climatisation
  • E+C- = Bâtiment à énergie positive et réduction carbone
  • FDES = Fiche de données environnementales et sanitaires
  • GES = Gaz à effet de serre
  • RE2020 = Réglementation environnementale des bâtiments neufs 2020
 
 

Y-aura-t-il un affichage exhaustif des indicateurs d’ACV dans la RE2020 ?

Réponse :

L’indicateur changement climatique (=potentiel de réchauffement climatique en [kgéqCO2]) est le seul indicateur issu de l’ACV sur lequel seront fixées dans l’immédiat des exigences réglementaires. En revanche, les autres indicateurs normés de l’ACV, donnés dans le tableau suivant, sont calculés en parallèle :

Indicateurs issus de l’analyse de cycle de vie
Indicateurs des impacts environnementauxUnités
Potentiel de réchauffement climatique (GWP) kgéqCO2
Potentiel de destruction de la couche d’ozone stratosphérique (ODP) kgéqCFC11
Potentiel d’acidification du sol et de l’eau (AP) kgéqSO2-
Potentiel d’eutrophisation (EP) kgéq(PO4)3-
Potentiel de formation d’oxydants photochimiques de l’ozone troposphérique (POCP) kgéqéthylène
Potentiel de dégradation abiotique des ressources pour les éléments (ADP_éléments) kgéqSb
Potentiel de dégradation abiotique des combustibles fossiles (ADP_combustibles fossiles) MJ
Pollution de l’air m3
Pollution de l’eau m3
Utilisation de l’énergie primaire renouvelable à l’exclusion des ressources d’énergie employées en tant que matière première MJ
Utilisation de ressources énergétiques primaires renouvelables employées en tant que matière première MJ
Utilisation totale des ressources d’énergie primaire renouvelables (énergie primaire et ressources d’énergie primaire employée en tant que matières premières) MJ
Utilisation de l’énergie primaire non renouvelable à l’exclusion des ressources d’énergie primaire employées en tant que matière première MJ
Utilisation de ressources énergétiques primaires non renouvelables employées en tant que matière première MJ
Utilisation totale des ressources d’énergie primaire non renouvelables (énergie primaire et ressources d’énergie primaire employées en tant que matières premières) MJ
Utilisation totale des ressources d’énergie primaire MJ
Utilisation de matières secondaires kg
Utilisation de combustibles secondaires renouvelables MJ
Utilisation de combustibles secondaires non renouvelables MJ
Utilisation nette d’eau douce m3
Déchets dangereux éliminés kg
Déchets non dangereux éliminés kg
Déchets radioactifs éliminés kg
Composants destinés à la réutilisation kg
Matières pour le recyclage kg
Matières pour la récupération d’énergie (à l’exception de l’incinération) kg
Énergie fournie à l’extérieur MJ

Il est donc possible de réaliser un bilan de ces autres indicateurs sur la base des données des opérations ayant participé à l’expérimentation E+C-. Cette étude n’a pas encore été menée. Concernant la RE, rien n’est encore fixée, on ne peut donc pas répondre à la question de l’affichage des autres indicateurs.


Y-aura-t-il un indicateur sur l’énergie grise ?

Réponse :
L’indicateur énergie grise ne fait pas partie des indicateurs exigés par le législateur dans la loi ELAN et la loi TECV, qui parle de “niveau d’empreinte carbone” et de “niveau d’émission de gaz à effet de serre”. Mais l’énergie grise est bien prise en compte dans les indicateurs E, Eges et Eges PCE. L’indicateur Eges donne la quantité d’émission de gaz à effet de serre (GES) du bâtiment et Eges PCE celle des produits de construction et équipements (PCE).

Qui pourra utiliser les logiciels ACV ?

Réponse :
Libre à ceux qui le souhaitent de s’emparer du logiciel ACV : économistes, architectes…, en demandant les informations énergétiques aux BE-CVC, mais, selon Benoît Roulin, responsable d’agence Ubi-City, mutualiser les dimensions énergie et carbone permet un gain de temps.

La ventilation naturelle permet-elle de réduire l’impact environnemental ?

Réponse :
Fenêtre ouverte - photo DREAL

La ventilation naturelle ou même la ventilation hybride, qui permettent d’éviter ou diminuer les puissances des moteurs, les linéaires de gaines, les consommations d’électricité, la quantité de bouches… devraient, a priori, apporter une diminution de l’impact carbone qui est difficile à chiffrer dans l’état actuel de la base INIES. Pour l’instant, le manque de données amène les modélisateurs à utiliser un forfait pour modéliser tout le lot Chauffage - Ventilation - Climatisation (CVC).


Peut-on limiter le périmètre de l’ACV à l’enveloppe thermique ?

Réponse :
Modélisation d’une paroi verticale d’un bâtiment - source : DREAL

Se limiter à l’ACV de l’enveloppe thermique serait trop réducteur pour diminuer les impacts environnementaux d’un bâtiment.
Le groupe d’expert n°1 a analysé les avantages-inconvénients de différents contributeurs à prendre en compte dans le calcul E+C-, comme par exemple l’ajout du contributeur déplacement. Le périmètre pourra donc être différent dans la RE2020 par rapport au référentiel E+C-.
De plus, des outils sont développés par des opérateurs (éditeurs de logiciels), pour comparer de manière plus rapide qu’une ACV complète, les impacts carbone des projets lors des réflexions en phase amont (esquisse), en se concentrant sur certains lots.


Le carbone biogénique est-il pris en compte dans le calcul du C ?

Réponse :
Illustration de Karibati du phénomène de photosynthèse

Le carbone biogénique est le carbone fixé par la plante suite à la photosynthèse à partir du CO2 de l’air.

Actuellement, le stockage du carbone biogénique est pris en compte dans les FDES, mais pas le bénéfice du stockage temporaire (par exemple sur la durée de vie du bâtiment). En effet, si la même quantité de carbone stockée par le matériau est réémise en fin de vie, le bénéfice est actuellement nul.
L’article 178 de la loi portant évolution du logement de l’aménagement et du numérique (Elan) introduit le calcul de la contribution des produits de construction et équipements au stockage du carbone de l’atmosphère pendant la durée de vie des bâtiments. Un décret en conseil d’État déterminera, à partir de 2020, les modalités de calculs et niveaux à respecter. Ce niveau doit être évalué sur l’ensemble du cycle de vie du bâtiment avec la prise en compte de la capacité de stockage du carbone dans les matériaux. Les exigences sur cette capacité de stockage sont introduites sans date d’application.
Plus d’infos dans le rapport du groupe d’expert n°3 “Stockage temporaire du carbone” de préparation de la RE2020 et dans l’avis d’expert sur le carbone biogénique sur le site de Karibati.


Prévoyez-vous d’évaluer les nombreux défauts de la RT 2012 ?

Réponse :
Plusieurs groupes d’experts (GE) se sont penchés sur le retour d’expérience à tirer de la RT 2012 et les évolutions à intégrer dans la RE 2020, comme le GE n°7 "Correction et mise à jour de la méthode de calcul énergétique" (voir les rapports des groupes d’experts ici). L’évaluation de cette méthode est encore en cours.