Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Infrastructures de transport et aménagement

Étude des possibilités de développement du fret fluvial sur la Loire aval

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 30 août 2010 (modifié le 4 avril 2011)

Les objectifs :

Dans le cadre des applications du Grenelle de l’environnement il était pertinent d’examiner les potentiels d’un développement du transport de marchandises par fleuve sur la partie aval de la Loire encore navigable toute l’année (Nantes et aval) ou une partie de l’année (de Nantes à Bouchemaine).

L’étude menée en 2009 s’est voulue plus pragmatique qu’exhaustive, privilégiant concrètement les trafics qui pouvaient être envisagés et les conditions pour qu’ils se développent.

Organisation de l’étude :

Ce travail d’inventaire et de prospection avait été confié, après appel d’offres, au cabinet “ACT Consultant”. Il a été cofinancé par la DREAL des Pays de la Loire, le Grand port maritime de Nantes/Saint-Nazaire, l’ADEME et VNF, copilotes de l’étude, avec en outre la DDTM 44.

A ce groupe de pilotage ont été associés un certain nombre de partenaires directement concernés par le domaine : collectivités, professionnels du transport routier, du transport fluvial…

Résultats :

L’étude a été rendue en juillet 2009, puis présentée aux deux directions (DREAL et DDTM 44). Deux présentations aux collectivités intéressées (amont et aval de Nantes) ont été effectuées fin août 2010.
Pour l’essentiel, l’étude conclut à l’existence de créneaux de fret qui pourraient potentiellement être amenés au fluvial. Techniquement, les modalités d’exploitation et notamment le type de bateau sont à adapter à chaque cas.

Toutefois, dans les conditions actuelles de concurrence entre modes de transport, une mise en œuvre immédiate serait dans la plupart des cas économiquement peu viable (sauf éventuels cas de figure).

Dans l’éventualité où le mode fluvial deviendrait compétitif sur la Loire (en conformité bien entendu avec “le plan Loire grande nature”), il serait prudent de préserver dès à présent les sites en bord de fleuve susceptibles d’accueillir un jour du trafic fluvial.