Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Connaissance, évaluation et développement durable

Étude de valorisation du programme de restauration du littoral post Erika entre 2000 et 2006

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 19 août 2013

Le littoral est un territoire fragile soumis à de nombreuses pressions tant naturelles qu’anthropiques. En décembre 1999, le naufrage de l’Erika suivi d’une forte tempête (« la tempête de 1999 ») mettent sa fragilité structurelle et écologique au premier plan de l’actualité. Les opérations de nettoyage et l’engouement qu’elles suscitent, bien que nécessaires et positives quant à la prise de conscience environnementale, participent à la dégradation de la côte.

Suite à ces événements, l’État et le Conseil Régional des Pays de la Loire signent un avenant « Tempête, Marée Noire, Inondations » au Contrat État-Région 2000-2006. Cet avenant permet de mettre des moyens importants à disposition des collectivités territoriales, dans le cadre de mise en valeur de leur littoral, d’aménagement et de requalification des itinéraires de randonnées et de loisirs (dont le célèbre sentier douanier) et de soutien aux filières touristiques. Sur le littoral de Loire-Atlantique et de Vendée, 24 communes ont bénéficié de subventions d’état (crédits environnement et/ou tourisme), pour un montant d’environ 11 300 000 €.

Aujourd’hui, une étude de valorisation de ce programme de restauration a été engagée pour rendre compte de l’importante amélioration qualitative du littoral qu’ont apportée ces opérations. Portant sur 15 communes (choisies selon le caractère structurant des opérations en excluant les réhabilitations dunaires post-tempête ou les aménagements plus ponctuels), il s’agit également d’en dégager les enseignements après plusieurs années de réalisation et de fréquentation. L’objectif est d’en faire un retour d’expériences qui bénéficiera à de nouveaux projets qui pourraient se réaliser dans l’avenir.