Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Ressources naturelles et paysages

Doctrine éolien pour la prise en compte des enjeux chauves-souris et oiseaux

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 20 juin 2019

La mortalité de chauves-souris et d’oiseaux par collision directe avec certaines éoliennes ou par barotraumatisme n’est aujourd’hui plus à démontrer (notes de bas de page 1 et 2). L’effet « épouvantail » des éoliennes induit par ailleurs une perte d’habitat pour certaines espèces et modifie les couloirs de migrations. Or, la région des Pays de la Loire a pour objectif de passer de 840 MW en fonctionnement actuellement à 2300 MW d’ici 2050. Le nombre de parcs éoliens terrestres augmentera donc fortement ces prochaines années.

Pour concilier au mieux le développement des énergies renouvelables et la préservation de la biodiversité, les différentes composantes de la DREAL (biodiversité, risques, énergie, UD) et les DDT-M ont travaillé à la rédaction d’une doctrine. Cette dernière s’adresse aux instructeurs des dérogations « espèces protégées » et des installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE) des des Pays de la Loire. Elle recense les outils les plus pertinents au regard des connaissances disponibles pour évaluer l’impact probable des futures éoliennes sur l’avifaune et les chiroptères tout en favorisant les bons élèves. Les exploitants n’ayant pas réalisé de mesures "en hauteur" de l’activité des chiroptères lors de l’étude d’impact se voient prescrire un bridage préventif fort et deux années de suivi après installation ; la première année pour préciser l’état des lieux et adapter le bridage, la seconde pour évaluer l’efficacité du bridage. Ces mesures ont été validées par le préfet de la région Pays de la Loire. Des préconisations seront également prochainement mises à disposition des exploitants éoliens.

La ligue pour la protection des oiseaux (LPO) a par ailleurs créé des cartes d’alerte et des listes indiquant le niveau de risque potentiel pour chaque espèce d’oiseaux et de chauves-souris présente dans la région. Les cartes d’alerte et les listes sont tenues à la disposition des porteurs de projet et du public

Ce travail a conduit a la création d’un groupe de travail éolien régional inter-services. Réuni deux fois par an il permet d’échanger sur l’instruction des dossiers de demandes d’autorisation de parcs éoliens, l’analyse des suivis post-implantatoires et tout sujet d’actualité scientifique ou administrative sur ce sujet. L’ensemble des travaux menés en Pays de la Loire a été présenté par l’UD 44 lors d’un workshop "éolien et biodiversité" organisé par la Commission européenne.

1 - 36,6 % des cadavres d’oiseaux appartiennent à des espèces considérées comme quasi-menacées sur la liste rouge nationale 2016. Source : © LPO | Le parc éolien français et ses impacts sur l’avifaune. Étude des suivis de mortalité réalisés en France de 1997 à 2015 | 2016

2- L’ADEME estime qu’entre 2002 et 2015, le parc éolien français aurait déjà tué 1,6 million de chauves-souris. Source : ADEME, E-CUBE Strategy Consultants, I Care et Consult, et In Numeri. 2017. - Etude sur la filière éolienne française : bilan, prospective et stratégie. 325 pages