Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Connaissance, évaluation et développement durable

Des divergences sur le degré de participation des démarches

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 3 décembre 2009 (modifié le 11 avril 2011)

Bureaux d’étude et collectivités s’accordent sur l’importance des visées stratégiques de la prospective, notamment lorsqu’elle est adossée à un exercice de planification.

Apports de la prospective en matière de stratégie

Alors que les deux cibles s’accordent sur les visées stratégiques, des divergences s’expriment sur le degré de participation des démarches.

Apports de la prospective en matière de processus participatifs

L’enquête éclaire un débat fondamental, concernant les finalités et les moyens de la prospective.
Quels sont les principaux apports de la prospective ? Sont-ils de nature stratégique ou participatif ? Les apports de nature participatif répondent plutôt à la question du « comment faire ». A l’inverse, les apports de nature stratégique sont de l’ordre du « pourquoi faire ».
  • D’un côté, les collectivités, si elles sont plutôt favorables à une ouverture vers les autres collectivités et les services de l’État, y voient un moyen, non une finalité.
  • De l’autre, les bureaux d’étude considèrent les processus de travail collectif comme aussi importants que la stratégie et/ou le support d’un exercice opérationnel (projets de territoire, documents de planification, etc).
    Les unes s’intéressent donc plutôt au pourquoi faire, alors que le discours des autres portent davantage sur le comment faire.

Or, si les bureaux d’étude vendent aux collectivités essentiellement du participatif pour du participatif, s’ils ne promettent pas des débouchés plus opérationnels, leur discours pourrait ne pas recevoir d’écho et la prospective rencontrer un problème d’adhésion.

L’adéquation de l’offre à la demande semble donc passer par cette question des finalités plus ou moins opérationnelles et participatives de la prospective.

Comment lire ces graphiques ?
Nous avons établi une liste des apports possibles de la PT et l’avons soumise à nos deux cibles.

  • Nous avons donc demandé aux bureaux d’étude quels étaient, selon eux, les principaux apports de la prospective (en rouge, colonne de gauche).
  • Nous avons fait de même avec les collectivités (en orange, colonne du milieu).
  • Enfin, nous avons demandé aux bureaux d’étude ce que, selon eux, les collectivités attendaient de la PT (en jaune, colonne de droite).



La liste des propositions faites aux collectivités comprenait une réponse supplémentaire, « une étude prédictive », très peu retenue.