Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Connaissance et évaluation

Consommation d’espace : état des lieux (novembre 2017)

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 28 novembre 2017 (modifié le 1er décembre 2017)

© Arnaud Bouissou - Terra

Les opérations d’aménagement mobilisent chaque année des surfaces naturelles et agricoles importantes.
L’artificialisation des sols qui en résulte (imperméabilisation, restructuration, etc.) perturbe les sols et entrave leurs fonctions de manière très souvent irréversible.
Au-delà, elle a des conséquences importantes sur l’environnement et le cadre de vie.

Cette publication est un état des lieux de la consommation de l’espace en Pays de la Loire, territoire particulièrement concerné par ces enjeux.

En novembre 2017, un état des lieux de la consommation d’espace en Pays de la Loire a été établi.
Etat des lieux de la consommation d’espace (publication de novembre 2017) (format pdf - 1.6 Mo - 28/11/2017)

Etat des lieux (nov.2017)

Les points à retenir

  • Le territoire régional est plus artificialisé que la moyenne métropolitaine.
  • Les taux d’artificialisation sont très différents d’un département à l’autre.
  • L’artificialisation est à l’œuvre plutôt sur les métropoles, l’ouest et surtout le littoral.
  • L’artificialisation est peu « dense ».
  • Elle se caractérise par la primauté de la maison individuelle et le poids des résidences secondaires sur le littoral.
  • La région consomme relativement beaucoup d’espace par rapport à l’accroissement de sa population.
  • La consommation d’espace se fait au détriment des terres agricoles.
  • Les forêts sont peu nombreuses et morcelées aussi bien au niveau régional que départemental.
  • La progression de l’artificialisation diminue mais reste élevée.
  • Cette progression de l’artificialisation est plus forte aujourd’hui pour l’activité que pour le résidentiel.
  • L’étalement urbain continue à l’échelle régionale mais cache de grandes disparités entre les départements.
  • L’étalement urbain continue dans les villes moyennes, les territoires ruraux et dans l’est de la région.

Cette consommation d’espace a des incidences sur :

  • les déplacements,
  • le stockage carbone des sols,
  • les risques naturels.

Les données utilisées, dont les indicateurs de consommation d’espace (ICE)

Plusieurs sources ont été utilisées pour réaliser cet état des lieux :

  • l’enquête Teruti-Lucas,
  • les fichiers fonciers, issus de l’application Majic (Mise à jour des informations cadastrales) de la Direction générale des finances publiques (DGFip),
  • Corine Land Cover,
  • le fichier Filocom (Fichier des logements à la commune),
  • Basemis, inventaire réalisé par Air Pays de la Loire, des productions et consommations d’énergie, émissions de polluants et de gaz à effet de serre,
  • etc.

Les indicateurs de consommation d’espace (ICE)
Deux indicateurs de consommation d’espace (ICE), produits par la Dreal, la Draaf, les DDT et le Cerema, ont été utilisés :

  • l’évolution des surfaces artificialisées,
  • l’indicateur d’étalement urbain.

Pour retrouver tous les autres ICE, cliquer ici.