Envoyer à un ami  Imprimer la page (ouverture nouvelle fenêtre)  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner rubrique  desabonner rubrique
Ressources naturelles et paysages
 

Cartes d’état des masses d’eau et évolutions observées

Vous trouverez ici les cartes commentées de l’état des cours d’eau de la région Pays de la Loire, ainsi que quelques éléments de synthèse qui s’y rapportent.
 
 

Cartes d’état 2007-2015

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 12 janvier 2016 (modifié le 6 janvier 2017)

Etat écologique des masses d’eau 2013 en Pays de la Loire, évolutions depuis 2011

Etat des masses d’eau 2013 et évolution (format pdf - 3.3 Mo - 12/01/2016)

L’état écologique est globalement très moyen sur la région Pays de la Loire, avec près de 9 masses d’eau sur 10 n’atteignant pas le bon état.
Un tiers de celles-ci sont par ailleurs dans un état médiocre ou mauvais.

Etat écologique en Pays de la Loire : une stabilité à cette échelle

En se reportant aux 77 stations du réseau de contrôle et de surveillance (RCS), la situation de l’état écologique des masses d’eau est globalement stable sur la période 2007-2015 à l’échelle régionale.

Les années 2013 et 2014 sont parmi les années les plus favorables, 2015 étant plus proche des années qui les précèdent.

Etat_ecologique_2007_2015_stations RCS (format pdf - 2.1 Mo - 04/01/2017)

Une variabilité à la station assez forte

De fait, si la situation à l’échelle de la région est plutôt stable sur la période, il n’en va pas de même pour chaque station prise séparément.

Le constat est qu’environ un quart des stations gagnent une classe de qualité ou plus, et la même proportion en perdent une ou plus d’une année sur l’autre. Une moitié des stations restant stables, sans être nécessairement les mêmes au fil du temps.

En recherchant les causes de ces fortes variations interannuelles, il ressort que ce sont bien les éléments de qualité biologiques qui en sont principalement la cause.
Ceci non du fait que les différents indices calculés seraient instables intrinsèquement mais tout simplement du fait que les quatre indices ne sont pas tous calculés chaque année. Notamment les macrophytes et les poissons font l’objet d’un prélèvement et d’une analyse une année sur deux seulement (voir en bas de page les cartes associées).
L’état écologique à la station étant calculé automatiquement avec les données disponibles de l’année, selon le principe de l’élément déclassant, la présence ou l’absence d’information d’un élément de qualité peut impliquer de ce seul fait des différences entre une année et la suivante pour l’état écologique.

Ainsi la carte ci-dessous synthétise sur le RCS ces éléments :

  • les flèches indiquent soit que l’état écologique à la station a été majoritairement stable (5 fois sur les 8) ou variable sur la période 2007-2015.
  • les trois ronds empilés indiquent les causes qui expliquent les variations :
    • le premier indique s’il y a eu plus d’améliorations (vert) ou de dégradations (jaune) de l’état écologique dues à la physico-chimie, ou pas d’évolutions dues à celle-ci (noir)
    • le second indique s’il y a eu plus d’améliorations (vert) ou de dégradations (jaune) de l’état écologique dues à la biologie, ou pas d’évolutions dues à celle-ci (noir)
    • le troisième indique si la variabilité de l’état écologique a été due (orange) ou non (vert) à l’absence de mesures certaines années. Il peut être constaté que c’est vrai pour un grand nombre de stations.
EE_stations RCS_2007-2015_variabilité (format pdf - 2 Mo - 05/01/2017)

D’où la nécessité, pour qualifier l’état écologique d’une masse d’eau, de s’appuyer sur plusieurs années de données aux stations, trois ans par exemple pour l’état 2013, obtenu à partir des données 2011, 2012 et 2013.

Un état écologique à compléter par d’autres indicateurs

L’état écologique est l’indicateur d’atteinte d’un objectif décliné depuis le niveau national.
Ainsi il est visé sur le territoire métropolitain que 66% des masses d’eau soient en bon état, cet objectif étant de 37% à l’échelle de la région Pays de la Loire.

Très synthétique (5 classes de très bon à mauvais), mettant par définition l’accent sur l’atteinte ou non du bon état, son calcul repose néanmoins sur des données nombreuses et complexes, regroupées en 25 éléments de qualité.
De ce fait, ainsi que du principe de l’élément déclassant, il est très difficile de l’utiliser tel quel pour mettre en avant des évolutions dans le temps ou qualifier une masse d’eau donnée, sans rapidement devoir revenir à la complexité des 25 paramètres.

Ainsi, à titre prospectif pour le moment (les résultats pourront être modifiés à l’avenir), un travail à partir de l’ensemble des données disponibles est présenté ci-après, qui aboutit à :

  • un indicateur d’écart au bon état (EBE). Il mesure l’éloignement par rapport au seuil du bon état (en positif ou négatif), en s’affranchissant en partie du principe de l’élément déclassant.
    En effet, deux masses d’eau en état écologique moyen peuvent l’être du fait pour l’une d’un seul élément de qualité assez proche du bon état, et pour l’autre de plusieurs éléments de qualité tous proches de l’état médiocre.
    L’écart au bon état permet de discriminer ces situations tout en donnant un résultat simple.
    Calculé au même rythme que l’état écologique (puisqu’il repart du même jeu de données), il peut également ensuite être moyenné sur une période plus longue.
  • une tendance d’évolution de cet EBE. Ceci permet de visualiser de manière simple l’existence ou non d’une évolution sur les 6 années de 2007 à 2013 où un état écologique est disponible, même si la classe d’état écologique n’a de son côté pas évolué.

Ci-dessous trois exemples d’écarts au bon état calculés en Pays de la Loire avec la tendance associée.

Les deux jeux de cartes suivants permettent de visualiser ces indicateurs :

  • à l’échelle régionale ne sont représentés que les écarts au bon état et les tendances quand celles-ci ont pu être calculées
  • à l’échelle des Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE), triés par ordre alphabétique (pdf à télécharger), des icônes supplémentaires indiquent proportionnellement à leur taille la contribution des divers éléments de qualité au déclassement de chaque masse d’eau
Atlas par SAGE des masses d’eau et des éléments de qualité déclassants sur 2007 2013 (format pdf - 19.5 Mo - 05/01/2017)
  • une répartition de la contribution des différents éléments de qualité à l’éventuel déclassement de la masse d’eau. Ainsi, il est possible d’indiquer sur une masse d’eau par exemple que le paramètre invertébrés explique 87% de la non atteinte du bon état (et donc est prépondérant), alors que sur une autre masse d’eau l’oxygène et les poissons expliquent à parts égales le déclassement de celle-ci.

Le graphique ci-dessus fournit cette répartition sur l’ensemble de la période 2007-2013, à l’échelle régionale.

Résultats par élément de qualité biologique sur le RCS de 2007 à 2015

Diatomées 2007 2015

ee stations 07 15 ibd (format pdf - 1.5 Mo - 05/01/2017)

Invertébrés 2007 2015

ee stations 07 15 ibg (format pdf - 1.4 Mo - 05/01/2017)

Macrophytes 2007 2015

ee stations 07 15 ibmr (format pdf - 1.4 Mo - 05/01/2017)

Poissons 2007 2015

ee stations 07 15 ipr (format pdf - 1.5 Mo - 05/01/2017)