Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Prévention des risques et nuisances

Avancement de la sécurisation du barrage de Mervent en Vendée

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 23 novembre 2017

Le barrage de Mervent, de type voûte, a été construit en 1956 sur la rivière Vendée à l’amont de Fontenay-le-Comte. D’une hauteur de 26 mètres, il retient plus de 8 millions de mètres cubes d’eau, ce qui en fait le barrage le plus haut de la région Pays de la Loire. En cas de rupture du barrage près de 8000 personnes seraient impactées à l’aval, aussi un dispositif spécifique ORSEC a été mis place par la Préfecture. Le barrage de Mervent a pour fonction principale la production d’eau potable mais aussi la régulation des crues et le soutien d’étiage. La production d’hydroélectricité est à l’arrêt depuis plusieurs années.

Des travaux de sécurisation ont été prescrits au gestionnaire (SIAEP de la forêt de Mervent) afin de remédier à l’insuffisance de la capacité d’évacuation des crues du barrage. Il est ainsi prévu la création, en haut de la voûte, de 6 passes déversantes dont une avec un clapet.

Décembre 2016 : construction des murs porteurs

Suite à l’instruction des dossiers techniques et administratifs par le service de contrôle de la sécurité des ouvrages hydrauliques (SCSOH) de la DREAL et le service de police de l’eau de la DDTM 85, les travaux ont démarré en septembre 2015 et sont prévus pour s’achever mi-2018. A cette occasion, le gestionnaire procédera à la rénovation et à la remise en fonctionnement des turbines d’hydroélectricité.

Septembre 2017 : détail du sciage de la voûte

Tout au long du chantier, le SCSOH veille au respect des prescriptions de l’arrêté préfectoral d’autorisation des travaux et des consignes de gestion du barrage, car l’ouvrage est toujours en service pour assurer la production d’eau potable (il n’a pas été vidangé totalement). En plus des inspections annuelles, le SCSOH réalise des visites de chantier, en particulier lors de la réception des fouilles des murs porteurs, des injections en fondation, et donne un avis sur les modifications apportées au projet initial. Il instruit également les modifications temporaires des consignes au moment de phases clés du chantier, comme la découpe de la voûte pour créer les passes déversantes. La retenue a été abaissée lors de cette phase délicate du sciage qui a débuté en juillet 2017 et se poursuivra pendant l’hiver 2017-2018. Elle sera remplie à son niveau normal pour le printemps 2018. Le SCSOH devra valider le programme détaillé de remise en eau et suivre le remplissage de la retenue.