Envoyer à un ami  Imprimer la page (ouverture nouvelle fenêtre)  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner rubrique  desabonner rubrique
Logement et construction
 

Autres

Questions-réponses sur l’expérimentation E+C- en Pays de la Loire hors thématique

En savoir plus sur

Ci-dessous, les principaux sigles à connaître :

  • ACV = Analyse de cycle de vie
  • E+C- = Bâtiment à énergie positive et réduction carbone
  • GES = Gaz à effet de serre
  • RE2020 = Réglementation environnementale des bâtiments neufs 2020
 
 

Y a-t-il des expérimentations et réglementation équivalentes pour la rénovation ?

Réponse :
Il n’y a pas encore de projet de réglementation sur l’ACV en rénovation. En revanche, un groupe de travail mis en place par l’association HQE travaille, depuis 2014, sur une méthode "ACV rénovation" , ce qui a permis d’aboutir, fin 2018, à des propositions de règles de modélisation, sous la forme d’une adaptation du référentiel E+C- au cas des rénovations. Sont également diffusées des fiches de 10 projets rénovés, évalués par cette méthode ACV.

Comment emmener les collectivités dans la démarche E+C- ?

Réponse :
La dotation de soutien à l’investissement local (DSIL) permet de financer, via les préfets de département, tout projet d’innovation et peut donc être mobilisée dans le cadre de travaux de rénovation énergétique. L’ADEME Pays de la Loire lance un appel à projets "Contrats de performance énergétique" pour soutenir les collectivités territoriales dans la mise en œuvre de ce type de contrat.

Y-a-t-il des comparaisons E+C- entre les régions ?

Réponse :
Les analyses des données déposées par les maîtres d’ouvrage sont en cours par le CSTB et le Cerema et devraient être terminées en septembre 2019. Des données sont diffusées sur le site de l’observatoire national et permettent une première comparaison entre régions.

Quels sont les coûts de cette démarche E+C- ?

Réponse :
La méthode de l’expérimentation E+C- donne un cadre et des outils pour estimer au mieux l’impact environnemental d’une construction d’un bâtiment. Ceux-ci sont exploitables de différentes manières et de façon plus ou moins poussée (il est possible d’étudier beaucoup de variantes constructives ou très peu par exemple). Le coût est donc lié à la volonté du maître d’ouvrage : souhaite-t-il une solution simple permettant d’atteindre le niveau requis ou souhaite-t-il un optimum entre l’impact environnemental et les coûts ou autres ? Il s’agit d’une étude réalisée généralement par un bureau d’études pour des durées variant de quelques jours à quelques dizaines de jours, selon ce qui est souhaité par la maîtrise d’ouvrage. Le coût de la construction est, quant à lui, dépendant des choix réalisés (comme toute construction E+C- ou non). Un travail est prévu prochainement pour avoir des données chiffrées.

La maquette numérique d’un bâtiment est-elle réservée aux grandes entreprises ?

Réponse :
La maquette numérique d’un bâtiment, aussi appelée BIM, demande une montée en compétence (utilisation de logiciels et formats spécifiques) mais a pour but de gagner du temps et de l’argent par une meilleure modélisation partagée du projet. Tout organisme de toute taille peut donc l’utiliser à bon escient. Concernant les études E+C-, les petites structures étaient bien représentées lors des sessions de formations gratuites proposées en Pays de la Loire dans le cadre de l’accompagnement OBEC.

Quelle sera la place du bâtiment passif dans la future réglementation ?

Réponse :
La RE2020 permettra d’évaluer l’impact carbone des bâtiments passifs. Concernant l’évaluation de la performance énergétique, une modélisation réglementaire devra être faite selon la méthode retenue, pour les bâtiments passifs comme pour tout type de bâtiment neuf.
Globalement, pour E+C- et les bâtiments passifs, les consommations énergétiques doivent être réduites. Dans l’expérimentation E+C-, le niveau E4 correspond à un bilan énergétique nul (les consommations d’énergie non renouvelable sont nulles ou compensées par une production d’énergie renouvelable).