Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Logement et construction

Attractivité et parcours résidentiels au sein des grandes aires urbaines

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 31 août 2017

L’Insee en partenariat avec la DREAL a analysé les migrations résidentielles entrantes, sortantes et internes des sept principales aires urbaines des Pays de la Loire.

Ces aires urbaines gagnent 7 600 ménages entre 2012 et 2013 (solde arrivées/départs). Parallèlement, 87 000 ménages déménagent au sein de ces aires. L’analyse de ces mobilités permet aux décideurs publics d’évaluer ses politiques en matière d’habitat et d’aménagement, et de les ajuster en conséquence.

Toutes les aires urbaines ont un solde migratoire positif sauf Le Mans dont le solde est très légèrement négatif (- 6). Nantes reste le territoire le plus attractif de la région (solde migration : 4 681).

Les ménages entrant sont davantage du même département dans l’aire urbaine de La Roche sur Yon.

Les ménages accédants de 25 à 39 ans restent dans le même territoire, même ceux qui habitaient en ville centre.

Accès à l’étude complète