Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Logement et construction

Étude prospective sur les besoins en logements à 20 ans par territoire dans les Pays de la Loire (octobre 2007)

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 29 octobre 2010 (modifié le 17 juin 2019)

Le service logement et construction de la DRE des Pays de la Loire a engagé en 2006 une étude prospective sur les besoins en construction neuve de résidences principales qui a abouti en octobre 2007 à une estimation quantitative des besoins par territoire et à leur répartition par statut d’occupation (parc locatif social, parc locatif privé et propriété occupante).

La démarche

Cette démarche s’est appuyée sur un diagnostic des marchés de l’habitat et des dynamiques territoriales à partir d’un découpage de la région en 21 territoires d’étude. Par ailleurs, dans le cadre du groupe de travail mis en place, elle a donné lieu à la définition de cinq scénarios globaux exploratoires qui ont permis de déterminer le scénario du souhaitable.

Le scénario retenu est celui d’une croissance régulée qui vise à limiter le processus de l’étalement urbain. En terme de croissance démographique, il correspond à une croissance forte pour la Loire-Atlantique et la Vendée ainsi que la Communauté d’agglomération d’Angers, qui constituent les territoires les plus attractifs, et à une croissance plus douce pour le reste du territoire régional.

Sur la base de ce scénario, les besoins en construction neuve de résidences principales ont été estimés à 26 350 par an à l’horizon 2015 compte tenu de la croissance projetée du nombre de ménages et d’hypothèses relatives au devenir et à l’utilisation du parc. Il a été ensuite fixé un nombre de logements locatifs sociaux à produire équivalent à 20% des besoins globaux.

Cet objectif de production de logement locatifs sociaux vise à augmenter le poids du parc locatif dans le parc de logements actuellement insuffisant. Sa répartition par territoire s’est faite par l’intermédiaire d’un indicateur synthétique qui a permis de positionner les territoires les uns par rapport aux autres au regard de leur besoins en logements.

Le calcul des volumes du parc locatif privé et du parc en accession est intervenu dans un second temps en se basant sur leur poids actuel dans le parc de logements.