Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Infrastructures de transport et aménagement

Accords sur les autoroutes de la mer entre la France et l’Espagne

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 18 juillet 2016

Deux lignes distinctes sont concernées :

Deux lignes distinctes sont concernées, Montoir Vigo et Montoir Gijón :

S’agissant de Montoir-Vigo, après l’avis favorable de la Commission européenne pour l’attribution de 3 M€ à Suardiaz dans le cadre du programme Marco Polo, la ligne Montoir-Vigo a obtenu le label "autoroute de la mer" le 27 novembre 2015 à la Conférence Intergouvernementale (CIG) de Madrid. Les 2 navires rouliers transportent essentiellement des remorques et des voitures neuves fabriquées à Vigo à raison de 4 rotations hebdomadaires. Cette autoroute de la mer bénéficie de 3M€ d’aides de l’UE et 24M€ d’aides des deux Etats.

Avec une capacité de 140 à 260 remorques ou semi-remorques (non accompagnées), c’est un gain de 14 à 25 % de la part du fret maritime qui est escompté sur une dizaine d’années.

L’autoroute de la mer (ADM) Montoir-Gijón a été suspendue en septembre 2014. Suite à des tables rondes organisées à Nantes début 2015, un appel à manifestation d’intérêt pour la reprise du service a été lancée par les gouvernements français et espagnols mi 2015. Après échanges, les ports de Gijón, Nantes et la société espagnole Transportes Riva ont soumis mi février 2016 une proposition dans le cadre de l’appel de l’Union Européenne pour le Réseau Transeuropéen de Transport (RTE-T 2015) pour la relance de l’ADM Montoir-Gijón. La demande de cofinancement formulée auprès de l’UE concerne des aménagements aux ports de Gijón (terminal, rampe roro) et Nantes (travaux pour l’accueil optimal des passagers) ainsi que des travaux de mise à niveau du navire de l’armateur. Le bateau proposé par l’armateur (RoPax) permettra d’accueillir des passagers.

La commission européenne a statué le 17 juin 2016 en accordant au projet porté par le Port de Gijón, le Grand Port Maritime de Nantes St Nazaire et l’armateur, une subvention de 1 079 760 €, soit 30 % du coût global de 3 599 200 € au titre du mécanisme pour l’interconnexion en Europe (MIE).

En savoir plus